Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 octobre 2012 6 13 /10 /octobre /2012 08:29

Le Prophète -salla Allahou ‘alayhi wa salam- a dit : « Je vous ai laissé deux choses, si vous vous y accrochez, vous ne vous égarerez jamais, le livre d’Allah et la Sounnah de son prophète. » Hadith authentique [voir « assahîha » n°1761 de cheikh Albani]


Dans les livres de usool ul fiqh ce point est abordé en long et en large.

Malgré la difficulté de traduire les termes en français, la traduction approximative donne ceci :

- Ittiba : suivi des preuves légiférées
- Taqlid : suivi aveugle sans preuve qui prédomine les adillah shar'i.

Accepter et œuvrer sur le Quran ce n'est pas du taqlid

Accepter et œuvrer sur les ahadiths du Messager d'Allah ﷺ ce n'est pas du taqlid

L'Ijma n'est pas du taqlid

Si un 'ami (gens du commun) demande une massalah a un mufti ou un Qadhi réunit des témoins ou des preuves du Coran et de la Sunnah authentique... alors même à ce moment ce n'est pas du taqlid.

Le taqlid (suivi aveugle) est donc : accepter la parole de quelqu'un qui n'est ni dans le Quran, ni dans la Sounnah, ni prouvé par 'ijma (majorité des savants selon les preuves), ni que la masalah soit ijtihaadi (a divergence ayant chacun des preuves). Donc qu'on ne la retrouve pas dans les preuves shari'i et l'accepter quand même, alors c'est du taqlid (suivi aveugle)

Autrement dit, d'un coté Coran et Sunnah, de l'autre coté la parole d'un individu et accepté cette parole contradictoire aux preuves shar'i, donner de la valeur a cette parole face au Coran et Sunnah, alors ceci est du taqlid.

Le taqlid est haram sans aucun doute et certains avis disent que c'est du shirk.

Ittiba' est donc le suivi des preuves légiférées, le suivi dans le haqq.

-Sheikh Ul Islam Ibn Taymiyya dit dans majmu' fatawa "celui qui dit que le taqlid est obligatoire sur une personne du commun, alors ce n'est pas la parole d'un musulman.
-Sheikh Muqbil dit "celui qui dit que le taqlid est obligatoire sur la personne du commun...ou est la preuve ?"

Dans les livres de fiqh des sectaires, il est enseigné que le Taqlid (suivi aveugle) est obligatoire pour le muqallid (celui qui fait du taqlid).
Pour mieux comprendre cette erreur, détaillons. il est enseigné que le taqlid de son imam est obligatoire même s'il contredit Coran et Sunnah (comme les soufis et bien d'autres).

Pour conclure en 3 points :

- Il y a 'ijma (consensus) des Sahabas que le taqlid est interdit.
- Deux grands sahabas dont Ibn Mas'oud ont interdit de suivre aveuglément un homme dans la religion.
- Aucun Sahabas ne les a contredit. Il y a donc 'ijma des sahabas sur l'interdiction du taqlid

Wallahu ta'ala a'lam


Qu'Allah nous préserve du taqlid et qu'il nous maintienne sur la voie du suivi de la vérité.

Traduit et écrit par le frère @ibnNasir95 hafidahu Allah

------

 

 

 



• Qu'est-ce que le Taqlid (le suivi aveugle) et qui est le Muqallid (le suiveur aveugle) ? Par le Noble Muhaddith ul-Asr Hafiz Zubair Ali Zai (rahimahu Allah) :

https://www.youtube.com/watch?v=WVF8lf_ZbL8

Il dit clairement qu'il n'y a aucune forme de taqlid autorisé, tous sont interdit.

• La prière d'un ghayr-muqalid (qui n'est pas un suiveur aveuglé) derrière un imam muqalid (hanafi) ? - Cheikh Badi-ud-deen As-Sindhi :

 

https://www.youtube.com/watch?v=6YmfEMC_hE8

 

 



-------

Suivre ceux qui suivent et utilisent les textes n'est pas un suivi aveugle (Taqlîd), mais un suivi (Mutâba3ah)


L'imam Al Barbahârî a dit : Par allah, prends garde et attache-toi aux textes, leurs adeptes, et au suivi aveugle, car la religion n'est que suivi aveugle, c'est-à-dire du Prophète (salaLlahou 3aleyhi wa salam), et ses Compagnons (radiyaLlahou 3an-houm). Ceux venus avant nous ne nous ont pas laissés dans le doute, donc imite-les et repose-toi. Ne dépasse pas les textes et leurs adeptes. Arrête-toi sur ce qui prête à interpretation dans le Qour-ane et les Hadiths, ne pratique aucune analogie, et ne cherche pas en toi une réponse pour réfuter les adeptes de l'innovation car on t'a commandé de garder le silence devant eux, donc ne leur permets pas de t'atteindre. Ne sais-tu pas que mouHammed ibn sirîne, malgrès la distinction qui est la sienne, n'a répondu à aucune question de l'innovateur qui l'interrogeait, et n'a pas écouté de lui un seul verset du livre d'Allah 3azza wa jal? On l'interrogea à ce sujet et il répondit : "je crains qu'il ne le déforme et que quelque chose naisse dans mon coeur." (Source : ad-Dârimî (1/91))


Explication de Cheikh Ahmed Ibn Yahya An-Najmi (rahimahou Llah) :

Je dis : concernant la parole de l'auteur (raHimahouLlahou) : " la religion n'est que suivi aveugle (at-Taqlîd) " qu'Allah fasse miséricorde à l'auteur, car le suivi du Prophète (salaLlahou 3aleyhi wa salam), de ses compagnons et des textes n'est pas un suivi aveugle, car le suivi aveugle consiste à suivre celui qui n'est pas infaillible sans aucune preuve. Quant au suivi du Prophète (salaLlahou 3aleyhi wa salam), c'est ce qu'Allah (soub-Hanahou wa ta3âlâ) nous a ordonné, et il n'aurait pas dû nommer cela "suivi aveugle".

De même, concernant le suivi des compagnons et ceux venus après eux parmi ceux qui suivent les textes n'est pas un suivi aveugle (Taqlîd), mais un suivi (mutâba3ah) des preuves. Lorsque l'homme de la masse suit un savant sunnite sans savoir sur quoi se base sa réponse et ses preuves, c'est cela le suivi aveugle.

Quant à celui qui suit les savants venus avant lui en connaissant leurs preuves, les adopte et les suit en cela, c'est là ce qui est demandé des savants. Ils doivents chercher les preuves dans leurs sources et les mettre en pratique. De cette manière, on considère qu'ils ont fait un effort d'interpretation pour rechercher la vérité (moujtahidîne). Celui d'entre eux qui voit juste aura deux récompenses, et celui qui a tort aura tout de même une récompense.

Quant à sa parole : " arrête-toi sur ce qui prête à interpretation dans le Qour-ane et les Hadiths, ne pratique aucune analogie, et ne cherche pas en toi une réponse pour réfuter les adeptes de l'innovation " cela signifie que tu ne dois pas te charger de réfuter l'innovateur et t'efforcer de discuter et polémiquer avec lui, car on peut craindre pour toi en ce cas. Cela n'appartient pas à tout un chacun, mais uniquement à celui qui a la force, la capacité et la science pour débattre avec eux par des arguments avec lesquels il les fustigera, comme l'a fait shaykh al-islâm ibn taymiyyah. Et ce qui apparait est que cela est permis. Et c'est Allah qui accorde le succès.


Source : L'islam est la sunna / la sunna est l'islam (charHou-s-sounnati) par l'imam al barbahârî (rahimahou Llah)
Commentaire de Cheikh Ahmed Ibn Yahya An-Najmi
éditions tawbah - page 248/249

 

 


-------

Ibn al-Qayim a dit :  « La science se définit à travers « Allah a dit », « Le prophète a dit », et « les compagnons  ont dit » et non pas au moyen du camouflage.
Et la science ne consiste pas à ce que tu exposes avec insolence la divergence entre la parole du prophète et l’avis d’un savant. » [Source : Al fawâ-id 1/105]

Mou'adh Ibn Jabal a dit : " Même si un 'Alim est sur la droiture, ne faites pas son taqlid dans votre religion. " [Jâmi Bayân l-ilm (hasan)]

L'Imam Ahmad a dit : " Et ne faites le suivi aveugle (taqlid) de personne dans votre religion. " [Masaail Abu Dawood (p.277)]

Hafidh Ibn Hazm l-Andalusi a dit : " Le suivi aveugle (Taqlid) est haram ! " [l-Nabzatoul-kâfiyyah (p.70)]

L'Imam Malik (rahimahu Llah) a dit : "Il n'y a personne après le Prophète, si ce n'est que ses paroles soient acceptées ou rejetées".

L'Imam Abu Hanifa a dit : "Il n'est pas permis à une personne d'adopter notre opinion sans savoir d'où nous l'avons tirée" dans une autre version "Il est interdit à toute personne ne connaissant pas mes preuves (dalils) de juger selon mon opinion". Il est ajouté dans une autre version "(...) car nous sommes des êtres humains nous émettons un avis aujourd'hui et nous changeons demain"

L'Imam Ath-Thawi -qu’Allah lui fasse Miséricorde- a dit : « Personne n’imite (qalid) si ce n’est un fanatique ou un imbécile ». [Rapporté par Ibn ‘Abidine dans Rasm-ul-Mufti réponse 1, page 32]

L'Imam Abu Hanifa a dit : Si le hadith est authentique alors c’est mon opinion  ». [Rapporté par Ibn Abidine Dans El Hachia, volume 1, page 63]

L'imam Abu Hanifa a dit : « Il n’est pas permis à une personne d’adopter notre opinion sans savoir d’où nous l’avons tirée  » Fin de citation. [Rapporté par Ibn ‘Abd Al-Barr dans Intiqa fi Fadhaily Thalathat-ul-Fuqaha, page 145]
Il a dit encore -qu’Allah lui fasse Miséricorde- : « Si j’ai dit une parole en désaccord avec le Coran et la Sounna alors délaisser ma parole. ». [Rapporté par Al-Fullani dans Al-Iqadh, page 50, parole attribuée également à l’Imam Shafi’i.
Dans le commentaire de ces paroles Al-Fullani -qu’Allah lui fasse Miséricorde- a dit : « Ces paroles ne concernent pas le Moujthahid , car il n’a pas besoin des avis des Imams. Mais cela concerne plutôt l’imitateur.

Ibn ‘Abbas (qu'Allah l'agrée) disait : « Peu ne s’en faut qu’une pierre ne tombe sur vous du ciel !. Je vous dis le Prophète a dit et vous osez dire Abou Bakr et ‘Omar ont dit ! ».

Ibn Wahb -qu’Allah lui fasse Miséricorde- a dit : « J’ai entendu Mali répondre à une question à propos du fait de se laver l’espace entre les doigts de pieds pendants les ablutions. Celui-ci répondit : 
« Cela n’est pas nécessaire. J’attendis alors jusqu’à ce qu’il ne reste plus grand monde autour de lui, puis je lui dis : 
« Pour nous, cela est une Sounna. 
Il me répondit : « Et quelle est-elle ? ». 
Je lui dis : Al-Layth Ibn Sa’d, Ibn Luhay’a et ‘Amru Ibn Al-Harith m’ont rapporté d’après Yazid Ibn ‘Amru El-Ma’afiri d’après Abou ‘Abderrahman Al Halabi, d’après Al-Moustawrid Ibn Shaddad El-Qoraychi qu’il a dit : 
« J’ai vu le Prophète salla Allahou ‘aleyhi wa sallam frotter l’espace entre ses doigts de pieds avec son auriculaire. 
L’Imam Malik me dit alors : « Ce hadith a une bonne chaîne de transmission et jamais je ne l’avais entendu auparavant, si ce n’est aujourd’hui. Plus tard, j’entendis Malik répondre a cette question en ordonnant de se laver entre les doigts de pieds. » [Rapporté par Ibn Abi Hatim dans l’introduction de son ouvrage Al-Djarh wa t-Ta’dil, page 31, 32.]

L’imam Shafi’i a dit : « Si vous me voyez dire une parole alors qu’il existe un hadith authentique contredisant ma parole, sachez que j’ai perdu la raison. » Fin de citation. [Rapporté par Ibn Abi Hatim dans Al-Adab, page 93.]

L’imam Shafi’i a dit : « Si dans tout ce que je dis, il existe un hadith authentique qui me contredit, alors le hadith du Prophète salla Allahou ‘aleyhi wa sallam est plus en droit d’être suivi, ne m’imiter donc pas. » Fin de citation. [Rapporté par Ibn Abi Hatime, Abou Na’im et Ibn ‘Assakir, volume 15, chapitre 10, page 1]

L’Imam Ahmed -qu’Allah lui fasse Miséricorde-, il est celui qui a rassemblé le plus de hadith parmi les quartes Imams, et celui qui s’y accrochait le plus. Comme le rapporta l’imam Ibn al-Djawzi dans Al-Manaqib, page 192 : « Il détestait qu’on écrive des livres basés sur la déduction et l’opinion. » 

‘Abdullah Ibn Mas'ud disait : « Ne soyez pas comme des moutons. » On lui demanda : « C'est-à-dire ? » Il répondit : « C'est de se dire : Je suis les gens. S'ils empruntent le droit chemin je l'emprunte avec eux et s'ils s'égarent, je m'égare avec eux. Que chacun d'entre vous se prépare à ne pas renier sa religion si un jour tout le monde la reniait. »
(Ibn Al-Qayyim dans « Al-fawâ'îd »)

Et dans une autre narration : « Que l'un d'entre vous ne suive pas aveuglément dans sa religion une personne de telle sorte que s'il croit, alors il l'imite dans sa croyance, et s'il la renie, il l'a renie lui aussi. Si vous voulez suivre, conformez-vous au suivit des disparus (As-Sahaba), car en vérité, le vivant n’est pas à l’abri des troubles. »
(Ibn 'Abd Al-Barr dans « Jami' bayan al-'ilm wa fadhlih » n°1810)

-------

 

 



Le seul homme qu’il incombe de suivre en tout et pour tout est le Prophète (Paix et  bénédiction d'Allah sur lui), l’infaillible, qui ne parle pas sous l’effet de la passion. Allah a dit à son sujet :

Traduction relative et approchée : "...Et il ne prononce rien sous l’effet de la passion ; Ce n’est rien d’autre qu’une révélation inspirée"  S53 V3-4  

En effet aucun autre homme, même le plus savant, n’est exempt d’erreur. Le Prophète (Paix et  bénédiction d'Allah sur lui) a dit: 
« Tous les fils d‘Adam se trompent et les meilleurs d‘entre eux sont ceux qui se repentent“ [Rapporté par Ahmad, ibn Majah et Tirmidhi. Sa chaîne de transmission est authentique]. 

La position à adopter est alors la suivante : Prendre leurs dires lorsqu’ils sont conformes aux textes : C’est à dire le Coran, la Sounnah, tels qu’ils furent compris par nos prédécesseurs vertueux et  rejeter leurs dires lorsqu’ils vont à leur encontre. En effet il faut privilégier la Sounnah authentique du Prophète (Paix et  bénédiction d'Allah sur lui) sur l’avis de quiconque, quel que soit son niveau.  

L’imam Ahmad disait à ce sujet :  « Ne me suivez pas en tout et pour tout (on appelle cela «et-Taqlid »), ni même Malek ou ech Chafi'i ou eth Thawri, mais apprenez comme nous avons appris !» [Rapporté par Saleh fils de l’imam Ahmad, cité dans les Fatawa de ibn Taymiya et dans  I’lam el Mouaki’in  de ibn el Qayim].  

Ainsi ‘Ali ibn abi Taleb disait :  « Tu ne reconnaîtras pas la vérité par les hommes (c’est-à-dire en suivant un homme en particulier), mais sache la vérité et tu reconnaîtras les hommes qui suivent la vériré (la vérité c’est la preuve du Coran de la Sounnah et de l’ensemble des compagnons)».  

L’imam ech-Chafi’i disait :  « Il n’est pas permis à celui qui prononce des décrets religieux de se baser sur mes propos tant qu’il ne sait pas d’où je les ai puisés » (c’est-à-dire de vérifier la conformité de ses propos avec la Sounnah authentique)".  

Et tous les savants sont unanimes pour dire :  « Lorsqu’un texte authentique contredit nos paroles, alors délaissez nos paroles et pratiquez les textes ».  

Pourquoi alors, certains s’obstinent-ils encore à suivre aveuglement des savants ou bien une école en prétendant que cela est une obligation ?! 

Je tiens tout de même à ajouter que si les savants ne sont pas à l’abri de l’erreur, il n’en reste pas moins que se sont ceux qui craignent le plus Allah, et ceux qui conseillent le mieux la communauté et le fait qu’ils puissent revenir sur leurs propres propos est un signe d’honnêteté qui est tout à leur honneur.  

Un jour el Hassan ibn Zyad fut interrogé sur un sujet et la réponse qu’il donna était fausse ; Malheureusement il ne se rappelait plus qui l’avait interrogé, alors il engagea une personne pour dire à haute voix parmi les gens : « Hassan ibn Zyad fut interrogé tel et tel jour sur une question et il s’est trompé, alors que celui qui l’a questionné aille le voir !». Ainsi pendant plusieurs jours, il s’est abstenu de faire des Fatwas aux gens jusqu’à ce qu’il retrouva celui qui l’avait interrogé et l’informa qu’il s’était trompé et lui donna la bonne réponse. [Extrait de el Faqih wa el Moutafaqih de El Khatib el Baghdadi].  

De toute façon ils resteront récompensés pour leurs efforts ! Le Prophète (Paix et  bénédiction d'Allah sur lui) a dit : « Quand le juge prononce un décret et qu’il a fait un effort personnel et qu’il répond correctement, il sera rétribué deux fois, mais s’il fait preuve d’effort et qu’il se trompe, il sera quand même rétribué une fois »[Rapporté par el Boukhari et Mouslim].

Copié de http://www.al.baida.online.fr

 

 

 



-------

Magnifique écrit de Cheikh Muhammad bin Haadi sur l'interdiction du Taqlid (en langue arabe) :

https://www.dropbox.com/s/qhdfso8t1gzndrv/%D8%A7%D9%84%D8%A5%D9%82%D9%86%D8%A7%D8%B9%20%D8%A8%D9%85%D8%A7%20%D8%AC%D8%A7%D8%A1%20%D8%B9%D9%86%20%D8%A3%D8%A6%D9%85%D8%A9%20%D8%A7%D9%84%D8%AF%D8%B9%D9%88%D8%A9%20%D9%85%D9%86%20%D8%A7%D9%84%D8%A3%D9%82%D9%88%D8%A7%D9%84%20%D9%81%D9%8A%20%D8%A7%D9%84%D8%A7%D8%AA%D8%A8%D8%A7%D8%B9.pdf?dl=0

-------

 

 

 



Ne suivaient pas leurs Imams dans tout ce qu’ils émettaient comme opinion ; ils en ont même délaissé beaucoup lorsqu’il leurs apparaissait qu’elles étaient en désaccord avec la Sounna. A tel point que les deux savants Hanafites, élèves de Abou Hanifa, Muhammad Ibn Al-Hassan et Abou Youssouf ont été en désaccord avec leurs Cheikh sur environ un tiers de toutes ses opinions juridiques , et les livres de jurisprudences hanafite sont autant de preuves sur la véracité de ces propos. Il peut être dit la même chose de l’Imam Al-Mouzni  et bien d’autre parmi les élèves de Shafi’i ou d’autres Imams, et s’il fallait donner des exemples pour chacun d’eux, ce serait d’une longeur excessive, et nous sortirons alors de notre d’être bref dans cette recherche. C’est pourquoi nous nous contenterons de deux exemples seulement : 

L’Imam Muhammad Ibn Al-Hassan -qu’Allah lui fasse Miséricorde- a dit dans son Mouwatta , page 158 : « Quant à a Abou Hanifa, il jugeait qu’il n’avait pas de prière lorsque l’on invoquait Allah pour qu’Il fasse descendre la pluie. Quand à nous, nous jugeons que l’Imam doit diriger une prière de deux inclinaisons, puis invoque Allah en retournant son manteau. » 

‘Isam Ibn Youssuf Al Balakhi était parmi les proches de l’Imam Muhammad Ibn Al-Hassan  et parmi les fidèles de l’Imam Abou Youssouf . « Il lui arrivait souvent de juger selon un avis contraire à Abou Hanifa, car ce dernier ne connaissait pas la preuve (dalil). Quant à ‘Isam, il jugeait différemment lorsqu’une preuve puissante d’un autre Imam lui parvenait. » 
C’est pourquoi « Il levait les mains avant l’inclinaison et lorsqu’il s’en relevait. » 

Comme cela est connu dans la sounna, selon des dizaines de chaînes de transmission différentes authentique jusqu’au Prophète salla Allahou ‘aleyhi wa sallam. Et le fait que ses trois Maître  aient jugé différemment de la Sounna ne l’a pas empêché de l’appliquée... et c’est ainsi que tout musulman se doit d’être.

 

by Marouan Abû Mariyah ‏@AbMaria1

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

                        bm-copie-1.jpg

◐ Rechercher ◑

Au nom d'Allah , le Clément et le Miséricordieux
Louange à Allah , Dieu de l'univers et de tous les hommes
 Vous êtes sur Hadaf al Akhira™  

 " La Salafiyyah n'est pas des Personnes mais plûtot une Croyance et une Voie" 
 Sheikh 'Ubayd al Jabiri