Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 janvier 2012 2 03 /01 /janvier /2012 09:34

VOIR 1ER PARTIE ICI

 

ibn Qayim

Les quatre Tawâghits avec lesquels les gens qui pratiquent la fausse interprétation ont détruit les forteresses de la religion, avec lesquels ils ont profané le Coran, et avec lesquels ils ont effacé les panneaux menant à la Foi. Ces quatre Tawaghits sont :

  1. Leur thèse consistant à dire que la parole d’Allah et de son messager sont des expressions linguistiques qui ne permettent pas d’atteindre la science certaines.
  2. Que les versets et hadiths qui traitent des attributs d’Allah sont des métaphores et ne doivent pas être pris dans leur sens réel.
  3. Que les hadiths authentique du prophète  n’impliquent pas la certitude sur la justesse de leur contenu mais juste une forte probabilité.
  4. Que lorsque la raison est confrontée aux textes de la révélation, on doit alors donner la priorité à la raison et délaisser la révélation.

C’est quatre points constituent les quatre Tawaghits qui ont fait de l’Islam ce qu’il est aujourd’hui.

 

Soulayman ibn Sahman :

 

 

Il faut savoir que celui qui demande le jugement des Tawaghits ou juge avec autre chose que ce qu’Allah a révélé en ayant la conviction que son jugement est plus complet et meilleur que le jugement d’Allah et de son messager alors c’est la mécréance du cœur, celle qui fait sortir de la religion – comme cela est évoqué dans les « dix annulations de l’Islam » - mais celui qui n’a pas cette conviction, qui demande le jugement du Taghout en ayant la conviction que son jugement est faux, alors cela fait partie du Koufr ‘Amalî 

 

 

Irchâd attâlib page 19

 

 

 

Ach-Chawkâni :

 

والحاصل أن نصب المقلد للحكم بين عباد الله إذن له بالحكم بالطاغوت لأنه لا يعرف الحق حتى يحكم به وما عدا الحق فهو طاغوت 
السيل الجرار ج 4 ص 275

 

 

En résumé, lorsque l'imitateur juge entre les gens il juge au moyen du Taghout car il ne connait pas la vérité pour pouvoir juger avec, or tout ce qui n'est pas la vérité est un Taghout. 

Sail Al-Jirar (4/275)

 

Ibn Hazm  : 

 

فَقَدْ صَحَّ أَنَّ ههنا نِفَاقًا لاَ يَكُونُ صَاحِبُهُ كَافِرًا وَنِفَاقًا يَكُونُ صَاحِبُهُ كَافِرًا فَيُمْكِنُ أَنْ يَكُونَ هَؤُلاَءِ الَّذِينَ أَرَادُوا التَّحَاكُمَ إلَى الطَّاغُوتِ لاَ إلَى النبي صلى الله عليه وسلم مُظْهِرِينَ لِطَاعَةِ رسول اللَّهِ صلى الله عليه وسلم عُصَاةً بِطَلَبِ الرُّجُوعِ في الْحُكْمِ إلَى غَيْرِهِ مُعْتَقِدِينَ لِصِحَّةِ ذلك لَكِنْ رَغْبَةً في اتِّبَاعِ الْهَوَى فلم يَكُونُوا بِذَلِكَ كُفَّارًا بَلْ عُصَاةً فَنَحْنُ نَجِدُ هذا عِيَانًا عِنْدَنَا فَقَدْ نَدْعُو نَحْنُ عِنْدَ الْحَاكِمِ إلَى الْقُرْآنِ وَإِلَى سُنَّةِ رسول اللَّهِ صلى الله عليه وسلم الثَّابِتِ عَنْهُمْ بِإِقْرَارِهِمْ فَيَأْبَوْنَ ذلك وَيَرْضَوْنَ بِرَأْيِ أبي حَنِيفَةَ وَمَالِكٍ وَالشَّافِعِيِّ هذا أَمْرٌ لاَ يُنْكِرُهُ أَحَدٌ فَلاَ يَكُونُونَ بِذَلِكَ كُفَّارًا 
المحلى ج 11 ص 202

 

 

Nous savons qu’il existe une hypocrisie qui fait sortir de l’Islam et une hypocrisie qui ne fait pas sortir de l’Islam, il se peut donc que ces gens-ci qui ont demandé le jugement du Taghout au lieu de celui du prophète  tout en montrant (en générale) de l’obéissance au prophète  soient des désobéissant dans leur retour au jugement d’un autre que le prophète  tout en ayant la conviction que la vérité se trouve dans le jugement de ce dernier mais ils suivent leurs passions, ils ne sont pas dans ce cas-ci des mécréants mais simplement des désobéissants. Nous trouvons ce cas chez nous : lorsque nous appelons les juges à revenir au Coran et à la Sounnah du messager d’Allah  qu’ils reconnaissent véridique de leur propre aveu, ils refusent de les suivre et agréent l’opinion de Abou Hanifa, de Mâlik et de Châfi’î. C’est une chose que personne ne peut nier et cela ne fait pas d’eux des mécréants. 

Al-Mouhalla (11/202)

 

Les paroles de Soulayman ibn Sahman expliquent bien celles de Ibn Hazm et de Ach-Chawkâni. Demander le jugement du Taghout ne fait pas de vous automatiquement un Taghout (si l'on considère que Taghout=Kafir).

Ibn Al-Qaym nous donne une bonne illustration de sa définition générale du mot Taghout. Il a qualifié de Taghout quatres innovations qui ne sont pas des innovations menant à la grande mécréance.

Et le cheikh Al-Fawzan nous explique qu'adorer le plus grand des Taghout ne fait pas forcement de vous un Taghout.

Conclusion

Même si d'un poin de vu linguistique on pourrait qualifié de Taghout un musulman pervers qui ordonne les turpitudes ou un innovateur qui appelle au faux il n'en reste pas moins que les savants et en particulier les salafs ne donnaient cette qualifications qu'au mécréants. Par contre, lorsque ce mot est appliqué sur autre chose qu'un individu, les savants ont vu trés large : ils qualifient de Taghout les innovations et les ijtihades erronés.

Et il apparait que demander le jugement du Taghout, suivre le Taghout et adoré le Taghout n'implique pas forcement la grande mécréance.

Par conséquent, il faut être vigilant avec le mot Taghout car il faut être sûr que celui qui l'utilise vise la grande mécréance. Et il faut être sûr que lorsqu'il l'utilise sur un individu il ne vise pas le sens linguistique générale (un peu comme le mot Bid'a).

Qu'Allah recompense l'auteur de cet ijtihad!
http://www.islamverite.fr
Partager cet article
Repost0

commentaires

                        bm-copie-1.jpg

◐ Rechercher ◑

Au nom d'Allah , le Clément et le Miséricordieux
Louange à Allah , Dieu de l'univers et de tous les hommes
 Vous êtes sur Hadaf al Akhira™  

 " La Salafiyyah n'est pas des Personnes mais plûtot une Croyance et une Voie" 
 Sheikh 'Ubayd al Jabiri