Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 20:27

 

 

 

Sheikh Sâlih Fawzân Al-Fawzân (hafidhahullâh)

 

Les « Khawâridjs » sont ceux qui se sont révoltés [sont sortis : kharoûdj] contre leur gouverneur à l’époque du khalifah de ’Uthmân (radhiallahu ’anhu).

 

Leur révolte eut pour résultat l’assassinat de ’Uthmân (radhiallâhu ’anhu). 

 

Puis leur mal grandit encore durant le khalifah de ’Alî (radhiallâhu ’anhu), et ils se rebellèrent contre lui, et ont dit que c’était un mécréant. 

 

Ils ont aussi fait du « takfîr » [le fait de rendre mécréante une personne] sur les Compagnons (radhiallâhu ’anhum), car ces derniers ne voulaient pas être d’accord avec eux dans leurs fausses croyances.

Ainsi, ils jugèrent que tous ceux qui s’opposaient à eux sur leur point de vue étaient des mécréants |Kufâr]. 

 

En résultat, ils prononcèrent le takfir sur les meilleurs parmi la création, c’est-à-dire, les Compagnons du Prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam).

 

Pourquoi ceci ? Car ils (les Compagnons) n’étaient pas d’accord avec eux quant à leur égarement et leurs mauvaises croyances. 

 

Ils n’adhèrent pas à la Sounnah et à la Djamâ’ah (au groupe), et ils n’obéissent pas non plus au gouverneur. 

Plutôt, ils se rebellent contre lui, et renoncent au pacte d’allégeance avec lui, disant que cela ne fait pas partie de la religion, ils contredisent ainsi le conseil du Messager (sallallahu ’alayhi wa sallam) de montrer de l’obéissance et ils contredisent le commandement d’Allâh qui dit :

 

« Obéissez à Allâh et obéissez au Messager et à ceux qui détiennent le commandement parmi vous. » [1]

 

 

Ainsi, Allâh - Ta’âla - a rendu l’obéissance au gouverneur comme étant une partie de la religion, et le Messager d’Allâh (sallallahu ’alayhi wa sallam) a rendu l’obéissance au gouverneur comme étant une partie de l’Islâm, ainsi, on retrouve cela dans le hadîth :

 

« Je vous recommande la taqwah [crainte] envers Allâh, et une totale obéissance même si un esclave devient votre chef.

 

Car celui auquel sera prêté une longue vie verra de nombreux différents. » [2]

Ainsi, obéir au gouverneur musulman fait partie de la religion de l’Islâm. Mais les khawâridjs disent : « Non, nous sommes exempts de cela ».

 

Ainsi, les « Khawâridjs » sont ceux qui cherchent à causer la division au sein du corps principal et uni des musulmans, et qui se révoltent contre leurs leaders, or c’est de la désobéissance envers Allâh et Son Messager (sallallahu ’alayhi wa sallam) que de faire cela.

 

Ils prétendent également que la personne qui fait un grand péché est un mécréant [Kâfir].

 

Ainsi, quelqu’un qui commet un grand péché, un fornicateur, un voleur, quelqu’un qui boit de l’alcool par exemple, sont tous considérés comme étant mécréant.

 

Au contraire, « Ahl us-Sounnah wal-Djamâ’ah » disent qu’une telle personne est musulmane, mais avec une foi moindre [faible], et ils l’appellent « un pécheur dans la religion ». 

 

Donc c’est un croyant, et ceci à cause de son Imân [foi], tandis que c’est un pécheur à cause de son grand péché.

 

Car rien ne fait sortir de l’Islâm, excepté le Chirk [polythéisme] et toutes les choses bien connues qui sont des « nawâqidh al-Islâm »[annulations de l’Islâm] Quant aux péchés qui sont en dessous du Chîrk [association], ils n’expulsent pas une personne hors de la Foi, même si ce sont des grands péchés.

 

Allâh - Ta’âla - dit :

 

« Certes, Allâh ne pardonne pas qu’on Lui associe quelque chose, mais Il pardonne en dehors de cela à qui Il veut. » [3]

 

[Pour les Khawâridjs] celui qui a commis un grand péché est un mécréant, il ne sera pas pardonné, et ils resteront pour l’éternité en Enfer. 

 

Or, ceci est à l’opposé de ce qui est mentionné dans le Qor’ân.

 

La raison pour ceci est qu’ils n’ont pas la compréhension de la Religion.

 

Notez que la raison pour laquelle ils sont tombés dans cela [dans ces fausses croyances] fut leur manque de compréhension. Ceci, car ils sont des gens qui sont acharnés dans leurs adorations, prières et jeûne, et récitation du Qor’ân.

 

Et ils ont une grande ferveur dans la religion mais ils n’ont pas de science, et là est le problème.

 

Ainsi, faire des efforts considérables et s’exhorter soi-même à la piété et à l’adoration doit être accompagné de science et de compréhension de la Religion. 

 

C’est pourquoi l’Envoyé (sallallahu ’alayhi wa sallam) les a décrit à ses compagnons (radhiallahu ’anhum) de la manière suivante : que les Compagnons regarderont leurs propres prières et adorations avec humilité à côté des leurs. 

 

Puis il leur dit : 

 

« Ils sortiront de la religion comme la flèche de l’arc » [4]

 

Ceci, malgré leurs adorations et malgré leur droiture et leurs prières la nuit. Ainsi, parce que leur exégèse n’a pas été basée sur un fondement correct, ni sur une science authentique, cela devient de l’égarement, et du mal sur eux et sur la Communauté musulmane. Bien plus, il n’a jamais été rapporté que les « Khawâridjs » ont même un seul jour combattu les mécréants. 

 

Au contraire, ils se sont seulement battus contre les musulmans, comme le Prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam) a dit : 

 

« Et ils tueront les gens de l’Islâm, alors qu’ils laisseront les idolâtres » [5]

 

Il n’est pas parvenu à notre connaissance, à propos de l’histoire des Khawâridjs, qu’ils se soient même un jour battus contre les mécréants et les polythéistes. Plutôt, ils combattent sans arrêt les musulmans. 

 

Ils ont assassiné ’Uthmân et ’Alî Ibn Abî Tâlib (radhiallâhu ’anhumâ).

 

Ils ont assassiné Az-Zubeyr Ibn Al-’Awwâm et tué les meilleurs des Compagnons.

 

Et ils n’ont jamais cessé de tuer les musulmans. Et tout ceci est dû à leur ignorance de la Religion d’Allâh. 

 

Mais malgré cela, ils avaient de la piété et de la dévotion, mais puisqu’ils ne se basent pas sur la science authentique, cela devint une maladie pour eux.

 

C’est pourquoi le grand savant Ibn al-Qayyîm (rahimahullâh) a dit à propos d’eux :

 

« Ils ont des preuves tirées des textes, qu’ils ne comprennent pas, ainsi, ils leur a été donné peu de science. »[6]

 

Ainsi, ils utilisaient les textes comme preuves mais cependant ils ne les comprenaient pas.

 

Ils utilisaient comme preuves des textes du Qor’ân et de la Sounnah concernant les (menaces) dangers de commettre des péchés, mais ils ne saisissent pas leur signification.

 

Ils ne les réfèrent pas aux autres textes dans lesquels on trouve le promesse du pardon et de l’acceptation du repentir pour ceux qui ont fait des péchés moindres que le polythéisme. 

Ainsi, ils acceptent une partie, et rejettent une autre partie, tout ceci à cause de leur ignorance.

 

Donc, avoir un amour surprotecteur pour la Religion et de l’enthousiasme ne suffisent pas. 

 

Ces choses doivent être fondées sur la science et la compréhension de la religion d’Allâh. 

 

Alors, [cet amour et cet enthousiasme] seront issus de la connaissance et ils seront à la place qui leur sied.

 

L’amour sur protecteur pour la Religion et l’enthousiasme sont un bien, mais ils doivent être guidés et dirigés par le suivi du Qor’ân et de la Sounnah. 

 

Il n’y a personne qui a plus de « priorité » et qui est plus sincère envers la religion que les Compagnons (radhiallâhu ’anhum), mais malgré cela, ils se sont battus contre les« khawâridjs », et ceci à cause du danger et du mal qu’ils représentent.

 

’Alî Ibn Abî Tâlib (radhiallâhu ’anhu) s’est battu contre eux, de telle sorte qu’il fut assassiné par eux, par le pire des assassinats lors de l’incident de Nahrawân.

 

En faisant cela, il a accompli ce que le Prophète (sallallahu ’alayhi wa sallam) nous avait affirmés, du fait qu’il donnait la bonne nouvelle à ceux qui tueraient les khawâridjs de la félicité et du paradis.

 

Ainsi, ’Alî Ibn Abî Tâlib (radhiallâhu ’anhu) fut l’un de ceux qui les tua, donc il reçu la bonne nouvelle de l’Envoyé 

 

(sallallahu ’alayhi wa sallam).

 

Il en tua afin d’empêcher le mal de tomber sur les musulmans. 

Il est obligatoire pour les musulmans de chaque génération, s’ils sont au courant de l’existence de cette mauvaise compréhension, qu’ils remédient à cela en appelant au chemin d’Allâh en premier lieu, et en éduquant les gens là-dessus.

 

S’ils ne l’acceptent pas, ils doivent les combattre afin d’empêcher leur mal.

 

’Alî Ibn Abî Tâlib (radhiallahu ’anhu) envoya son cousin, ’Abdullâh Ibn ’Abbâs -le savant de cette Communauté et le « Tourdjmân » [exegète , commentateur] du Qor’ân à ces gens-là. 

Ainsi, il débattit avec eux et 6000 d’entre eux se repentirent et retournèrent,mais beaucoup restèrent et ne se repentirent point.

 

Alors , à ce moment là, l’Emir des Musulmans ’Alî Ibn Abî Tâlib avec les Compagnons, se mirent à les combattrent, et cela afin d’empêcher leur mal de toucher les musulmans. 

 

Ceci est la secte connue sous le nom de « Al-Khawâridjs », est c’est leur ’Aqîdah [dogme/croyance].

 

 

 

 

Notes

 

 

[1] sourate An-Nissâ, v59[2] hadîth rapporté par Abû Dâwoud et At-Tirmidhî - hassan/sahîh[3] sourate An-Nissâ, v48 et 116[4] Ahmad, Al-Bukhârî, Muslim[5] Al-Bukhârî et Muslim[6] Kitâb « an-Nouniyyah » de Ibn al-Qayyîm, p.97

 

 

 

 

source : http://avertissement.over-blog.net/article-6037283.html

 

Partager cet article
Repost0
1 mars 2012 4 01 /03 /mars /2012 20:05

 

L'étudiant en religion : Il s'occupe (ou se consacre) avant toute chose à la réforme de sa propre personne et le fait d'adopter un noble comportement.

 

Il est de part son comportement et sa manière d'être un exemple et un guide pour les autres.

 

Il est avide d'apprentissage, accorde un vif intérêt à la perfection [de sa personne], à la piété, aux assises avec les gens de science ainsi qu'au fait d'acquérir la science bénéfique et à ne pas perdre son temps. 

 

Il s'éloigne des affaires qui ne le concerne pas, tu ne le vois donc qu'occuper avec des affaires utiles (ou sujets bénéfiques ) !

 

Lorsqu'il s'exprime sa parole est profitable, lorsqu'il écrit son écrit est profitable et il est bénéfique pour celui qui s'assied avec lui. 

 

Il a conscience de l'importance de la science et du rang élevé des savants, il les respectent, profite d'eux, invoque en leur faveur et implore la miséricorde d'Allah pour les morts parmi eux. 

 

[Le chercheur de science] déteste la médisance et ses gens et n'accepte pas qu'en sa présence on critique une personne !. 

 

Tu le vois modeste et ne cherchant pas à élever sa personne au dessus de son rang ou à se vanter d'une chose qu'il ne possède pas.

 

Il n'est point trompé par les éloges et les compliments que les gens lui adressent.

 

[Le Talib Al-Ilm] ne cherche ni la célébrité, ni le fait que les gens lui accordent un rang particulier car il sait que c'est Allah qui élève et qui rabaisse et non pas untel parmi les gens. 

 

[Le Talib Al-Ilm] c'est un prêcheur, un conseiller, quelqu'un qui ordonne le bien et interdit le blâmable en respectant les lois et règles de cette Charia. 

 

Tu le vois accorder un vif intérêt à l'unité ainsi qu'à l'union des cœurs, il répugne la division au sein des gens de la Sunnah, car il sait que division rime avec innovation et que l'union va avec Sunnah, c'est d'ailleurs pour cette raison qu'on dit les gens de la sunnah et du groupe et qu'on dit les gens de l'innovation et de la division. 

 

Tu le vois également faire attention à ce qui sort de sa bouche, car il sait qu'il sera jugé sur ses paroles et ses actes. 

 

Il veille à la Maslaha (intérêt) dans ce qu'il dit et fait, il n'ouvre pas aux gens une porte menant au mal, il ne polémique pas dans les choses vaines, il se garde de vanter outre mesure ce qu'il ne connait pas, il n'ouvre pas une porte sans être clairvoyant c'est à dire sans maitriser ses tenants et aboutissants, enfin il est préparé à répondre à Allah le très Haut. 

 

Telles sont les qualités du chercheur de science qu'Allah nous les accorde ! 

 

  Le Talib Internet : Comme cela est connu et comme nous pouvons le voir [et également le constater] le Talib Internet est le parfait contraire du Talib Al-Ilm (l'étudiant).

 

C'est à dire qu'il [est grossier et] a un mauvais comportement, il porte atteinte à l'honneur des gens, il perd son temps [dans les sujets n'ayant aucune utilité], il attaque les gens de science qu'ils soient petits ou Grands, sans aucun respect et sans même prendre en considération leurs sciences, leurs âges, leurs vertus ou leurs rangs, Il est à l'affût des erreurs et des défauts.

 

Ses jours et ses années passent, mais il est toujours dans ce cercle [vicieux], il ne se repose pas et ne laisse pas les autres tranquilles en leur épargnant son mal. 

 

Bref, si tu souhaites devenir un Talib Al-Ilm, alors tu connais le chemin et ses jalons ! 


Et si tu refuses d'être un étudiant en religion et que tu ne désires qu'être un Talib Internet alors [tu connais] le chemin, il est rempli d'immondices et de saletés, asperge-toi s'en autant que tu le souhaites. 

 

Par contre, de grâce ne mens pas aux gens en leur faisant croire que tu es un Talib Al-Ilm (étudiant en religion). " 

 

Lien vers l'original en arabe

 

Abou-Houdeyfa

copié de fourqane.fr

Cheikh Abû Mâlik ‘Abd-lHamîd bn Khalîwî Al-Djuhanî

 

source : 3ilm.char3i.over-blog.comver

 

Partager cet article
Repost0
18 février 2012 6 18 /02 /février /2012 09:47

 

L'histoire se passa à Al-Ahqaf

Allâh (تعالى) a dit : {Et rappelle-toi le frère des Aad (Hud) quand il avertit son peuple à Al-Ahqaf - alors qu'avant et après lui, des avertisseurs sont passés - [en disant] : "N'adorez qu'Allah. Je crains pour vous le châtiment d'un jour terrible".} (46/21)

 

Après la fin du déluge, le premier prophète envoyé fut Hoûd

C'est l'un des quatre Prophètes arabes Selon Abou Dhar, le Prophète a dit en parlant des Prophètes : "Parmi eux, il y en a quatre qui sont arabes : Hoûd, Sâlih, Chou'ayb, et ton Prophète, ô Abou Dhar". (ibn Hibbân)

Ibn kathir dit dans l'histoire des prophètes à propos de la tribu des Aad : [ La génération qui suivit Noé était croyante et resta obéissante à Dieu. Ils ont vu la grâce d’Allah qui les sauva du grand déluge et n’osaient pas Lui désobéir. La descendance de Noé resta croyante pendant deux générations et ce n’est qu’au bout de la troisième que Satan commença à introduire l’idolâtrie parmi eux. Il l’introduit toujours de la même manière : quand les gens aiment un homme bienfaisant, après son décès, ils lui font un grand tombeau et Satan les incite ensuite à lui vouer un culte et l’adorer graduellement. Et la tribu de Hoûd fut des premières à retourner dans l'idolâtrie. Cent ans après le déluge, l’homme revint idolâtre. La tribu du prophète Hoûd a été mentionnée sept fois dans le Coran et l’histoire de sa tribu, 18 fois. C’est une histoire qui n’a été mentionnée que par le Coran et jamais par les Livres précédents. Selon ce qui nous est rapporté par le Coran, cette tribu était d’une puissance extraordinaire,

Allah Taala dit: « N’as-tu pas vu comment ton Seigneur a agi avec les ‘Aad. [Avec] Iram, [la cité] à la colonne remarquable, dont jamais pareille ne fut construite parmi les villes ? » (Sourate 89: 6-8).

C’était une grande civilisation sans équivalent et sans précédent. La puissance qu’ils possédaient était également une puissance physique et c’est ce que nous indique le verset dans lequel Hoûd s’adresse à sa tribu en disant :

« … Et rappelez-vous quand Il vous a fait succéder au peuple de Noé, et qu’il accrut votre corps en hauteur (et puissance)… » (Sourate 7:69).

On raconte qu’ils avaient également une architecture très sophistiquée et développée. C’est ce qu’on comprend par la parole du prophète Hoûd qui leur disait :

« Bâtissez-vous par frivolité sur chaque colline un monument ? » (Sourate 26:128).

Dans un hadith, le prophète (Salla Allah ‘alayhi wa Salam) a dit: « Le jour de la résurrection n’arrivera pas avant que la péninsule arabe ne retrouve les rivières qui s’y trouvaient autrefois ».]

 

Houd ('aleyhi salem ) est venu à son peuple pour prêcher At-Tawhiid

Allâh (تعالى) a dit : {Et (Nous avons envoyé) au Aad, leur frère Hud, qui leur dit : "ô mon peuple, adorez Allah. Vous n'avez point de divinité à part de Lui. Vous n'êtes que des forgeurs (de mensonges). ô mon peuple, je ne vous demande pas de salaire pour cela. Mon salaire n'incombe qu'à Celui qui m'a créé. Ne raisonnez-vous pas ? ô mon peuple, implorez le pardon de votre Seigneur et repentez-vous à Lui pour qu'Il envoie sur vous du ciel des pluies abondantes et qu'il ajoute force à votre force. Et ne vous détournez pas [de Lui] en devenant coupables".} (7/50-52)

Allâh (تعالى) a dit : {Et aux Aad, leur frère Hud : "Ô mon peuple, dit-il, adorez Allah. Pour vous, pas d'autre divinité que Lui. Ne [Le] craignez-vous donc pas ?"} (7/65)

Allâh (تعالى) a dit : {Il dit : "Ô mon peuple, il n'y a point de sottise en moi; mais je suis un Messager de la part du Seigneur de l'Univers. Je vous communique les messages de mon Seigneur, et je suis pour vous un conseiller digne de confiance. Quoi ! Vous vous étonnez qu'un rappel vous vienne de votre Seigneur à travers un homme issu de vous, pour qu'il vous avertisse ? Et rappelez-vous quand Il vous a fait succéder au peuple de Noé, et qu'Il accrut votre corps en hauteur (et puissance). Eh bien, rappelez-vous les bienfaits d'Allâh afin que vous réussissiez.} (7/67-69)

Ceci correspond à la parole du Très-Haut : Nous avons envoyé dans chaque communauté un Messager, [pour leur dire]: «Adorez Allah et écartez-vous du Tâgût»

 

le peuple de Houd rétorqua

SheiH Ibn Baz dit dans une des ses fatawa ( Numéro de la partie: 2, Numéro de la page: 46) que j'ai trouvé dans ce site http://www.alifta.net

[Le peuple de Houd rétorqua à son Prophète (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam) en ces termes : "Es-tu venu à nous pour que nous adorions Allah seul, et que nous délaissions ce que nos ancêtres adoraient?

Ils saisirent la signification de l'appel de Houd (Salla Allah `Alaihi Wa Sallam), qui impliquait la sincérité dans l'adoration d'Allah Seul et le rejet des idoles qu'ils adoraient. C'est pour cela qu'ils dirent :

"Es-tu venu à nous pour que nous adorions Allah seul, et que nous délaissions ce que nos ancêtres adoraient? Fais donc venir ce dont tu nous menaces, si tu es du nombre des véridiques".

Ils persistèrent dans l'entêtement et le reniement jusqu'à ce que le châtiment s'abatte sur eux.]

Le peuple de Hoûd lui dit: « …Ô Hoûd, tu n’es pas venu à nous avec une preuve, et nous ne sommes pas disposés à abandonner nos divinités sur ta parole, et nous n’avons pas de foi en toi. Nous dirons plutôt qu’une de nos divinités t’a affligé d’un mal. Il dit : ‘Je prends Allah à témoin –et vous aussi soyez témoins- qu’en vérité, je désavoue ce que vous associez, en dehors de Lui. Rusez donc tous contre moi et ne me donnez pas de répit. Je place ma confiance en Allah, mon seigneur et le vôtre…» (Sourate 11: 53-56).

 

Le châtiment

Ibn kathir dit :

Dans la première étape, c’est un cri qui détruit tous les signes de vie dans la tribu,

Allah Taala dit: « Le cri, donc, les saisit en toute justice ; puis Nous les rendîmes semblables à des débris emportés par le torrent. Que disparaissent à jamais les injustes ! » (Sourate 23:41).

Puis arriva la deuxième étape :

« Puis, voyant un nuage se dirigeant vers leur vallées, ils dirent ; « Voici un nuage qui nous apporte de la pluie ». Au contraire ! C’est cela même que vous cherchiez à hâter : C’est un vent qui contient un châtiment douloureux, détruisant tout, par le commandement de son Seigneur ». Puis, le lendemain on ne voyait plus que leurs demeures. Ainsi rétribuons-Nous les gens criminels » (Sourate 46: 24-25).

Cette étape est mentionnée également dans une autre sourate:

« Et quant aux ‘Aad, ils furent détruits par un vent mugissant et furieux qu’Allah déchaîna contre eux pendant sept nuits et huit jours consécutifs ; tu voyais alors les gens renversés par terre comme des souches de palmiers évidées. En vois-tu le moindre vestige ? » (Sourate 69: 6-8).

Et la terre verte fut réduite en poussière jusqu’à nos jours. Mais les signes de la présence de cette civilisation sont restés pour témoigner de cette histoire. Les satellites et des chercheurs américains ont récemment indiqué la présence de colonnes immenses et des traces de rivières sous le désert d’Al-Rob‘ Al-khaly:

«Et Nous la laissâmes, comme un signe [d’avertissement]. Y a-t-il quelqu’un pour réfléchir ? » (Sourate 54: 15). Quant à Hoûd, il fut sauvé : « Et quand vint Notre Ordre, Nous sauvâmes par une miséricorde de Notre part, Hoûd et ceux qui avec lui avaient cru… » (Sourate 28: 83).

 

 

Hadaf-al-akhira

Partager cet article
Repost0
9 février 2012 4 09 /02 /février /2012 11:12

 


 

Par Zayd ibn Mouhamad Ibn Hadi Al Madkhali.

 

 

"Cette question demande à être approfondie mais nous donnerons ici quelques exemples pour

comprendre les caractéristiques d'un hizbi, qu’il soit un leader ou un suiveur, et ceci en sept points :

 

1- Il appartient à un groupe particulier qui a sa propre voie en contradiction avec la voie des Salafs,

comme par exemple, le groupe des Frères Musulmans et ses sections ou le groupe des Tabligh et ses

partisans.

 

2- Il s'assoit ou marche avec un des groupes cités précédemment ou d’autres parmi les égarés dans

la aquida et la pratique de l’Islam, qu’ils soient des groupes, un individu leader ou suiveur.

 

3- Il critique Ahl As Sounna.

Et s'il entend qu'on critique un hizbi ou un groupe connu pour être hizbi ou une organisation secrète,

son visage change et il se met en colère.

 

4- Il attaque les gens qui appellent à la Sounna, à l'obéissance à Allah, Son Messager et les

dirigeants musulmans qui suivent la voie des Salafs.

 

5- Il attaque l'honneur des dirigeants musulmans et aime ceux qui parlent de leurs péchés

ouvertement dans leurs livres et cassettes ou dans leurs assemblées.

 

6- Il attaque les savants qui n'ont pas attaqué les dirigeants quand ils ont fait des erreurs. Il les traite

de laxistes, de gens du compromis et qui transigent, et autres calamités qui ne sont proférées contre

les savants Rabbani que par les malades du cœur et les faibles d’esprit !

 

7- Il aime les anashid et les pièces de théâtre et il défend cela de tout son cœur. Ils sont très

nombreux dans le rang des Frères Musulmans qui trompent les jeunes avec ces choses là. Qu’Allah

les ramène à la vérité. »

 

 

Souleyman Al Hayiti ajoute (dans le sens de ses propos)

 

 

Il existe d'autres caractéristiques mais nous avons juste donné des exemples. Et c’est une réponse à

certains qui disent par exemple : « je ne suis pas Ikhwani car je ne fais pas partie de leurs

membres ». Mais il faut savoir que quelqu’un peut être classé dans un groupe sans forcément y

appartenir officiellement.

 

Tiré du cours de Souleyman Al Hayiti

 

Le Manhaj des Néo-Khawarij

 

Début du cours 21

 

 

extrait donné par @abousawsaine 

 

pour ceux qu'ils veulent écouter les cours de Souleyman Al-Hayti " Le Manhaj des Néo-Khawarij " exposé par @juzz3amma :https://mega.co.nz/#F!kxVkjTxI!I7iuASObqJRXR1LdPkhGDg!s1dEGZxY

 

hadaf-al-akhira 

Partager cet article
Repost0
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 21:34

 

 

 

الذين يهتمون بالحزبيين


الشيخ أحمد النجمي



المرجع: الفتاوى الجلية عن المناهج الدعوية للشيخ أحمد النجميQuestion:35,Pages 27-28.



الباب: المنهج



بعض طلبة العلم الصغار اشغلوا أنفسهم بالكلام عن الحزبيين، و جعلوا ذلك في جل أوقاتهم،و ضيعوا طلب العلم الذي ينفعهم عند ربهم، و الذي يبين لهم الخبيث من الطيب؛ حتى يعرفوا ما عند الحزبيين من أخطاء؛ بل ما أصبح همهم إلا ما رأيك في فلان ؟ و ما رأيك قي فلان ؟ و أصبحت غالب جلساتهم في هذا الشأن؛ حتى أنهم يتهمون الناس جزافا. فما نصيحتكم لهؤلاء الشباب، وحثهم على الاهتمام بالعلم الشرعي الذي يحصنهم من البدع ؟


الحقيقة، إن المبالغة في هذه الأمور التي تخرج بطالب العلم عن نطاق الحق إلى الجدل وتضييع الوقت في الكلام الذي لا ينتج عنه فائدة؛ بل يكون الإنسان يدور في حلقة مفرغة، فهذا لا ينبغي بل يجب على طالب العلم أن يستغل وقته قي طاعة الله سبحانه و تعالى، و في البحث عن العلم و حضور الحلقات. و لا بأس أن يسمع التحذير منهم ]1[و بيان صفاتهم حتى يحذرهم. أما لو أننا جعلنا كل أوقاتنا في الكلام فيهم، و لا نشتغل بطلب العلم الذي ينفعنا، فهدا لا شك أنه خطأ كبير و خطأ عظيم

 

copié de Minhaj-sunna sur  twitter

 

Partager cet article
Repost0
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 15:18

 

Assalaamou 'aleykoum

 

Question:

 

Certains des petits étudiants en science sont devenus obsédés par le fait de parler sur les Hizbi, de sorte qu'il occupe la majorité de leur temps avec cela, et qu'ils ont cessé de rechercher la science, ce qui leur sera bénéfique auprès de leur Seigneur, et aussi ce qui distingue le bien du mal. Ils sont devenus obsédés en se préoccupant(de cela)afin qu'ils puissent se familiariser avec les erreurs des Hizbis. A vrai dire ils n'ont d'autres préoccupations excépté de savoir:

 

"Quelle est votre opinion sur telle ou telle personne?" Et:

"Quelle est votre opinion sur telle ou telle personne?" 

 

Et la majorité de leurs assemblées sont comme ça, même dans la mesure où ils peuvent soupçonner et accuser injustement les gens de certaines choses! 

 

Alors, quel est votre conseil :

-pour les gens semblables à ces jeunes

-et en ce qui concerne l'encouragement à rechercher 

'Al-' Ilm Ash-Shar'i », (la science légiférée), qui les protègera contre les innovations?

 

Cheikh Ahmed an Najmi:

 

La réalité est que l'exagération dans ces affaires provoque chez l'étudiant en science de dépasser les limites de la vérité dans l'argumentation et la perte de temps qui se traduit par aucun bénéfice.

 

Plutôt un individu devrait s'occuper avec les cercles de science. Donc, cela (l'exagération) n'est pas approprié! 

 

Au contraire, il est obligatoire pour l'étudiant en science qu'il utilise son temps dans l'obéissance d'Allah soubhanahu wa ta'ala, la recherche de la science et d'être présent dans les cercles de sciences.

 

Et il n'y a aucun problème à écouter les mise en garde des savants sur les Hizbis, en éclaircissant leurs caractéristiques, telles que l'on soit attaentif a leur sujet. 

 

Mais pour ce qui que nous consacrions tout notre temps à parler d'eux et ne pas rechercher la science qu nous sera bénéfique, alors c'est sans aucun doute une grosse et grave erreur!

 

Al fatawa Al Jaliyyah ‘an Al Manahij ad Da’awiyyah

 

 

le lire en arabe click

 

copié de Minhaj-sunna sur  twitter 

Partager cet article
Repost0
6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 15:09

 

 

Tu veux la voie de la vérité

Sache que la salafiyya est la voie de la vérité 

Tu te demande comment y acceder 

           Il faut que tu sois pour la science parmi les affamés

Pour débuter sache 

Que le mot "salafiyya" vient du mot salef 

Qui veut dire prédecesseur 

Et que tu tache 

D'acquerir leur comprehension en bref

Ne pas être de simple suiveur 

Mais de véritable successeur

 

Toute personne qui s'accroche à cette voie

Des selef et des compagnons 

Sera guidée par la foi

Et bien sûr de leur comportement

Et combattera l'innovation

Cela n'as pas changé depuis plusieurs générations


auteur hadaf al akhira


le Prophète صلى الله عليه و سلم : « Ma communauté se divisera en soixante-treize sectes, toutes seront dans le Feu de l’Enfer sauf une. Ceux qui sont sur ce sur quoi je suis, moi et mes compagnons aujourd’hui. » [Assahiiha, n°203 & 1492]

« Les tout premiers [croyants] parmi les Emigrés et les Auxiliaires et ceux qui les ont suivis dans un beau comportement, Allah les agrée, et ils l’agréent. Il a préparé pour eux des Jardins sous lesquels coulent les ruisseaux, et ils y demeureront éternellement. Voilà l’énorme succès ! » [Sourate 9, V.100]

hadaf-al-akhira

 

Partager cet article
Repost0
5 février 2012 7 05 /02 /février /2012 22:43

 

 

SHeikh Sâlih Âli ash-SHeikh (qu’Allâh le préserve) nous explique que ce hadîth entre dans le sens de la Parole d’Allâh – ‘Azza wa Djal :


« Et ne dites pas, conformément aux mensonges proférés par vos langues : Ceci est licite, et cela est illicite - pour forger le mensonge contre Allâh. Certes, ceux qui forgent le mensonge contre Allâh ne réussiront pas. » [1]


Ceci est une explication claire au grave danger de dire que cela est licite ou que cela est illicite (sans connaissance). 


Ceci est une des choses sur lesquelles il y a une grande mise en garde pour la personne, en dehors de ce qui peut être en conformité avec le jugement d’Allâh sur des questions divergentes ou un effort d’interprétation en la matière. 


C’est la raison pour laquelle nous disons que les anciens pieux sur le sujet faisaient preuve de crainte scrupuleuse en la question. 


Ils ne disaient pas : « Cela est licite ou cela est illicite », si ce n’est qu’après avoir éclaircit avec les preuves les arguments législatifs sur le sujet.


Nombreux parmi eux avaient une façon de s’exprimer très singulière, ils disaient : 


« Je désapprouve cela… » ou « je n’aime pas cela… » ou « cela n’est pas admis… » ou « celui qui agit ainsi… » Et autres expressions similaires. 


Ils s’éloignaient du fait d’employer les termes qui faisait dire « Hallal » (licite) ou « Harâm » (illicite). 


Dans ce hadîth nous avons un avertissement concernant la grande punition pour celui qui donne un avis sans science. Ceci est une preuve pour ce qui est de craindre de tomber dans le fait de donner des avis sur toutes les questions que les personnes peuvent poser. 


‘Abder-Rahmân Ibn Abî Layla a dit : « Je connaissais personnellement 120 Compagnons. Parfois, ils se trouvaient tous dans la même mosquée. Quand on leur demandait quelque chose, chacun attendait que l’autre réponde. Si on leur demandait de transmettre un hadîth, aucun n’osait le faire… » Telle était l’époque des anciens pieux, et ceci constitue un fondement très important.


Et aujourd’hui est apparue ce que l’on appelle la « Fatwas » d’arrogance, qui fait que la personne donne un avis sans être concentrée ou précise, peut-être même, celle-ci donne un avis juridique et en même temps mange, ou peut-être encore qu’elle donne un avis et boit, ou regarde quelque chose, ou écrit, alors qu’elle devrait craindre la punition d’Allâh qui peut faire partir la lumière de la foi des poitrines. 


C’est pourquoi nous devons savoir que la voie des anciens pieux ainsi que nos imâms (rahimahum Allâh – Ta’âla) étaient très durs au sujet des avis juridiques. Il est obligatoire pour la personne d’éduquer son âme et de protéger sa religion et ses bonnes actions des risques, afin d’éloigner ces méfaits de la communauté. 


Aujourd’hui encore, nous en entendons beaucoup dirent : « J’ai interrogé untel et il m’a répondu cela » ou « J’ai interrogé tel SHeikh et il m’a répondu comme ceci ». Il est apparu un nombre incalculable de personnes de ce type dans les pays si grands soient-ils de part et d’autre. 


Il n’y a aucun doute qu’ils contredisent la religion et divergent de la crainte scrupuleuse, de l’apprentissage et de la recherche. 


Car pour les avis juridiques, la personne ne doit pas s’y adonner pour toutes les questions auxquelles il est exposé. Si toutefois l’avis est lié à un cas précis, cela est encore autre chose. [2]


Notes

[1] Coran, 16/116


[2] Charh Oussoûl al-Imân de SHeikh Sâlih Âli ash-SHeikh, p.489-491


source : http://www.manhajulhaqq.com/spip.php?article671

Partager cet article
Repost0
4 février 2012 6 04 /02 /février /2012 11:24

Partager cet article
Repost0
3 février 2012 5 03 /02 /février /2012 23:32

Question :


Un homme s’est marié avec une deuxième femme٫ il n’est resté avec elle que trois mois puis l’a divorcée en prétendant qu’il n’a pas les capacités de subvenir à ses besoins. Est-ce que ce qu’il a fait est permis ?


Réponse : 


S’il l’a divorcée sans raison il a commis un péché et l’injustice est ténèbres le jour de la résurrection [1]. 


Mais s’il l’a divorcé car il ne s’entendait pas avec elle٫ alors il a fait comme Allah a dit :


فَإِمْسَاكٌ بِمَعْرُوفٍ أَوْ تَسْرِيحٌ بِإِحْسَانٍ


« Alors, c’est soit la reprise conformément à la bienséance, ou la libération avec gentillesse ».[2]


Il est également permis à la femme de demander le divorce si elle ne s’entend pas avec son mari. Si elle réprouve son comportement ou sa pratique religieuse, ou si elle craint pour sa religion, il lui est permis de demander le divorce.


Il y a trois sortes de séparation :


At-Talaq : qui est à l’initiative de l’homme,

Al-Khoul’ : qui est à la demande de la femme,

Al-Faskh : qui est l’annulation du mariage par le juge. [3] 


Fin de la réponse de Cheikh Abdullah Al Adani



Cheikh Abdullah Al Adani



Extrait de la séance de Questions Réponses n°6 « Liqa Maftouh » à Dar Al Hadith de Shihr


Traduit et publié par daralhadith-sh.com



1] Cheikh Abdullah fait référence au hadith rapporté par Muslim d’après Jabir, qu’Allah l’agrée.


[2] Sourate Al Baqara, verset 229.


[3] Chacune de ces trois sortes a des règles spécifiques. Pour cela, le mieux est de toujours revenir aux savants pour ce genre d’affaires. 

Partager cet article
Repost0

                        bm-copie-1.jpg

◐ Rechercher ◑

Au nom d'Allah , le Clément et le Miséricordieux
Louange à Allah , Dieu de l'univers et de tous les hommes
 Vous êtes sur Hadaf al Akhira™  

 " La Salafiyyah n'est pas des Personnes mais plûtot une Croyance et une Voie" 
 Sheikh 'Ubayd al Jabiri