Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 décembre 2012 7 30 /12 /décembre /2012 09:09
Partager cet article
Repost0
29 décembre 2012 6 29 /12 /décembre /2012 18:48
En vérité, très nombreux sont les actes et paroles qui s’opposent à la sincérité. 
Cependant, nous verrons ci-dessous quelques-uns qui sont plus fréquents et plus nocifs :
1. L’ostentation et la recherche de la réputation 
L’ostentation [Ar-Riyê’], c’est le fait que lorsqu’un individu fait une œuvre pie, il aime 
que les gens le voient afin qu’ils lui fassent des éloges, qu’ils aient une opinion favorable 
à son sujet, ou encore pour s’attribuer auprès d’eux une place privilégiée. De même que 
la recherche de la réputation [As-Soum‘a ou At-Tasammou‘], c’est d’informer à dessein 
des actes louables que l’on accomplit dans le but de s’accorder une bonne renommée. On 
retiendra donc que l’ostentation est reliée à la vision, à faire montre de ses actes d’une 
manière ostensible, tandis que la recherche de la réputation concerne l’écoute, c’est-à-dire 
faire entendre ce qu’on fait de bon avec l’intention de se faire du renom. 
Plusieurs Textes révélés condamnent et mettent en garde contre ces deux actions, qui 
sont en outre comptées parmi les péchés du cœur (spirituels) et ses maux. Sachant 
également qu’ils font partie de l’hypocrisie : caractère répréhensible ouvertement 
défendu par Allâh et Son Messager. À cet effet, dans un sens de dénonciation des 
hypocrites entachés par cette moralité, Allâh -à Lui la Pureté-, en les citant, met en garde 
leur attitude par ces Dires  ﴾Et lorsqu’ils se lèvent pour la salat, ils se lèvent avec 
paresse et par ostentation envers les gens﴿An-Nisê’(Les Femmes), V. 142. Et Il a intimé 
l’ordre de préserver nos bonnes actions en disant ﴾Ô les croyants ! N’annulez pas vos 
aumônes par un rappel ou un tort, comme celui qui dépense son bien par ostentation 
devant les gens sans croire en Allâh et au Jour dernier﴿El Baqara (La Vache), V. 264 ; et
le Prophète (sur lui la prière et le salut d’Allâh) a informé de la nullité des actes 
ostentatoires ; bien plus, de la punition divine qu’ils encourent par son dire : « Celui qui 
fait entendre aux autres [les belles actions qu’il pratique], Allâh le dénoncera. Et celui 
qui fait de bonnes actions pour se faire remarquer des autres, Allâh leur étalera ses 
défauts » 
2. L’orgueil 
En arabe, el ‘Oudjb. C’est un sentiment profond avec lequel l’homme, voyant ses 
qualités et bonnes actions et paroles, se considère supérieur aux autres 
En vérité, une 
personne atteinte de ce mal, qui conduit  en outre à la vantardise, est exposée à la 
perdition. Le Prophète (sur lui la prière et le salut d’Allâh) a dit  : « Trois choses sont 
périlleuses : l’avarice à laquelle on se soumet, une passion que l’on suit, et la 
présomption que l’homme a de lui-même » 
Et il faudrait, afin de remédier à cette maladie spirituelle, repositionner sa propre 
personne en lui assignant sa vraie place,  en sachant qu’on est affecté par des défauts 
divers, et que par ignorance, faiblesse et passion on ne cesse de commettre les péchés ; de 
même qu’en sachant la Grandeur de notre Seigneur -qu’Il soit Exalté-, Lui qui a interdit 
ce caractère. Et sans aucun doute, le meilleur moyen pour connaître Allâh comme disent 
les savants est de connaître Ses Noms et Attributs ; les apprendre et comprendre leurs 
sens 
3. Poursuivre ses passions 
El Hawa en arabe, c’est un penchant de l’âme pour ce qu’elle aime sans tenir compte 
des prescriptions religieuses. C’est aussi un mobile qui motive le passionné à aller vers 
l’accomplissement des œuvres qu’il désire  même si elles sont religieusement illicites. 
Voire, susceptibles de le conduire à la ruine. Le Tout Puissant a dit : ﴾Mais s’ils ne te 
répondent pas, sache alors que c’est seulement leurs passions qu’ils suivent. Et qui est 
plus égaré que celui qui suit sa passion sans une guidée d’Allâh ?﴿ El Qasas (Le Récit), 
V. 50. En revanche, Allâh a promis de faire accéder au Paradis ceux qui, par crainte 
d’Allâh, s’interdisent de poursuivre leurs passions ﴾Et pour celui qui aura redouté de 
comparaître devant son Seigneur, et préservé son âme de la passion, le Paradis sera 
alors son refuge﴿ An-Nêzi‘êt (Les Anges qui arrachent les âmes), V. 39-40 ; et pour que 
l’on se préserve de cette tare, on devrait  contrecarrer les passions qui contreviennent à
l’obéissance d’Allâh, et combattre les désirs et les impulsions qui fourvoient des voies du 
bien 

      extrait du livre : La sincérité : L’essence des œuvres pieuses

Aboû Fahîma Abd Ar-Rahmên 

Partager cet article
Repost0
29 décembre 2012 6 29 /12 /décembre /2012 17:14
Partager cet article
Repost0
29 décembre 2012 6 29 /12 /décembre /2012 17:05
al-a'mal, al-niyat wa al-ikhrass


Bissmillah ir RaHman ir RaHim

Toutes les louanges appartiennent à Allah, nous le louons, nous implorons Son Secours et Son Pardon. Et nous cherchons refuge auprès d'Allah contre le mal prevenant de nous meme ou le mal pouvant provenir de nos mauvais actions.
Celui qu'Allah guide, nul le peut l'égarer et celui qu'Allah égare ne trouvera jamais de guide.
Et je témoigne que nul n'est en droit d'être adoré en dehors d'Allah l'Unique sans associé, et je témoigne que Mohammed ibn Abillah est son serviteur et son messager que le salut d'Allah et ses bénédictions soient sur lui, ainsi que sa famille, ses compagnons et ceux qui les suivent jusqu'au jour dernier.


Ceci dit, as salamouallaykoum wa raHmatoullahi wa barakatouh.

Allah nous dit
" Quiconque fait un bien fût-ce du poids d’un atome, le verra, et quiconque fait un mal fût-ce du poids d’un atome, le verra."
Sourate al zalzala verset 7 et 8
 

Et il nous a été rapporté dans les deux receuils authentiques de Bukhari et Muslim: "Omar ibnoul Khattab ( radhiAllahou 3anhou) rapporte que le messager d'Allah (SalAllahou 3alayhi wa salam) a dit: "Certes les actes valent par les intentions, et chaque Homme sera rétribué selon son intention. Celui qui émigre pour Allah et son Messager, son émigration sera ( sera comptée le jour du jugement) pour Allah et son Messager. Et celui qui émigre pour un bien matériel, ou pour épouser une femme alors son émigration lui sera comptée ( le jour du jugement) conformément à ce qu'il a visé" .

Qui parle dans ce que je cite plus haut ? Nous avons le Créateur des cieux et de la terre et son envoyé, celui qui ne parle pas sous l'effet de la passion (salAllahou 3alayhi wa salam)

Ainsi il est primordial de faire attention avant chacune de nos actions à notre intention ... Se poser la question primordiale :"Pourquoi est ce que je fais cela?"

Car en vérité nous allons mourrir et nous serons ressucités puis nous serons jugés par Le Juge suprême, celui qui ne rate rien de ce que font Ses créatures, celui qui voit la fourmi noire marcher sur une pierre noire en pleine nuit noire ...

Mes chers freres et soeurs, ce texte est un conseil pour moi même avant d'être un conseil pour les autres ...
Car effectivement on voit mashaAllah beaucoup d'articles, de statut contenant des versets, des hadiths, des paroles de savants sur tel et tel sujet... Et al hamdolillah ceci est un bien !!! Il est à coup sur un bien pour celui qu'Allah guide puis lit cela avec interet et agit selon cela ...
Mais la question ici est de savoir ce que NOUS allons récolter de ce travail!! Et il faut être conscient de notre état avant de chercher à parfaire celui des autres ...

Allah nous dit dans le qur'an et je jure par Allah que ce verset est lourd pour celui qui le comprend correctement : "Dis: «Voulez-vous que Nous vous apprenions lesquels sont les plus grands perdants, en œuvres? Ceux dont l’effort, dans la vie présente, s’est égaré, alors qu’ils s’imaginent faire le bien." sourate al kahf verset 107 et 108.

Et le hadith connu du prophète ( salAllahou 3alayhi wa salam) : Abou Houreyra a rapporté qu’il a entendu l’Envoyé d'Allah dire :

« Au jour de la Résurrection, Allah le Très Haut et Béni descendra auprès des serviteurs pour les juger à un moment où toute ma communauté se sera agenouillée. Les premiers à comparaître seront : un homme ayant appris le Coran, un combattant dans le chemin d’Allah ,et un homme très riche.»
Allah dira à l'homme ayant appris le Coran:
« Ne t’ai je pas appris la révélation que j’ai faite à Mon Messager ?" Si – « Qu’as tu fais de ton savoir ?» – « Je l’appliquais à travers mes prières de jour de nuit » - Allah lui dit «Tu mens » et les anges aussi le lui diront. Puis Allah poursuit : « Tu voulais surtout que l’on dise : un tel est un bon maître [du Coran] et cela a été dit. »
Ensuite on fait venir le riche et Allah lui dit :
« Ne t’ai je pas enrichi de sorte que tu n’avais plus besoin de personne ?» – «Si, ô Maître. » – «Qu’as- tu fait de ce que je t’avais donné ? » «Je l’ai utilisé pour entretenir mes liens de parenté et faire des aumônes. » Allah lui dira : « Tu mens » et les anges le lui diront aussi. Puis Allah poursuivra en ces termes : « Tu ne voulais qu’on dise : Un tel est généreux et cela a été dit »
Ensuite on amène celui qui a été tué au cours d’un combat mené pour Allah. Allah lui dira :
« Pourquoi as-tu été tué ? » – « On m’a donné l’ordre de participer au djihad dans ton chemin et je me suis battu jusqu’ au sacrifice suprême. » Allah le Très Haut lui dira : « Tu mens » et les anges le lui diront aussi. Puis Allah poursuivra : « Tu voulais que l’on dise : Un tel est brave et cela a été dit. »
Et puis le Messager d’Allah me tapota sur le genou et me dit : « Ô Abou Hourayra, ces trois là sont les premiers à servir de combustible au feu [de l’enfer] au jour de la Résurrection. »

[ Rapporté par Tirmidhi, 2382 et jugé bon par lui et authentifié par Ibn Hibban, 408 et Ibn Khouzayma, 2482 ]

Ainsi inchaAllah il appartient à chacun de travailler pour donner l'exclusivité de son action pour Celui qui mérite d'être adoré glofirié et exalté soit Il...

L'intention est quelque chose qui peut etre entaché, c'est pour cela q'il est important de toujours renouveler son intention, même en pleine action.
Combien de fois shaytan est venu susurer a l'oreille des uns et des autres :" vas y tiens mets ce hadith il est joli les gens vont aimer, tiens montre aux gens que tu t'es levé pour le fajr renouvelle ton statut après la salat, tiens fais ci ou fais ca .... " Qu'Allah nous préserve de ce genre de mauvaises pensées !! Amine

Cherchons l'agrément d'Allah lorsque nous faisons une chose car la récompense promise est énorme et il ne faudrait pas la gacher pour un bien éphémère...

Donc le but ici n'est pas que les gens arrêtent de faire des rappels bien au contraire, mais qu'il ne perdent pas le salaire de leur action ....

Et il est aussi important de notifier à tout ceux qui pensent que c'est perdu ... Ne vous attristez pas et souvenez vous de la conversion de Hamza l'oncle du prophète, il s'est reconverti par esprit de clan mais Allah a par la suite parfait sa foi et le voila devenu un grand compagnon sincère et véridique radhiAllhou 3anhou ...

Ainsi, n'oublions pas de constamment renouveler notre intention avant de poster quoi que ce soit, de nous efforcer de faire cela exclusivement pour Allah et d'oublier le bien que l'on fait et de se souvenir de nos mauvaises actions ...

Je prie Allah de ne pas me compter parmis ceux qui rappellent les gens en s'oubliant eux meme.

BarakAllahoufikoum et pardonnez les fautes que vous pourriez trouver ...

Tout ce qui se trouve de bien dans ce texte vient d'Allah et toute faute, erreur ou ommission ne peut provenir que de moi meme...

Et toutes les louanges appartiennent à Allah seul ...
Wa salamouallaykoum wa raHamatoullahi wa barakatouh

Un frere qui vous aime en Allah!

 

source : http://www.islam-al-haqq.com/article-les-actes--les-intentions-et-la-sincerite--37252235.html

Partager cet article
Repost0
29 décembre 2012 6 29 /12 /décembre /2012 16:42

 Le sens de la sincérité en Islam : 

Les érudits musulmans ont donné plusieurs définitions à la sincérité [el ikhlâs], mais 

elles sont assez généralement complémentaires et proches les unes des autres. Ainsi, on 

trouve parmi ces dernières les citations suivantes (4)

 :

— L’imam el Fodayl ibn ‘Ayyâd — qu’Allâh lui fasse miséricorde — a dit : « Délaisser 

d’accomplir une œuvre à cause des gens est un acte ostentatoire, et pratiquer une œuvre 

à cause des gens est un acte d’Association ; mais la sincérité c’est qu’Allâh te préserve de 

ces deux choses-là ».

— L’imam Sehl At-Toustourî — qu’Allâh lui fasse miséricorde — a dit : « Les hommes 

sagaces ont médité le sens de la sincérité et n’ont trouvé que ceci : c’est que le 

mouvement de l’individu et son immobilité soient, en secret et en apparence, consacrés à 

Allâh — Très Haut soit-Il — Seul, et que rien ne s’en mêle, ni âme, ni passion, et ni intérêt 

mondain ! ».

— L’imam ibn el Qayyim — qu’Allâh lui fasse miséricorde — a dit : « La sincérité, 

c’est que l’homme détermine et accomplit avec pureté ses paroles, ses actes, sa volonté et 

son intention qu’il voue à Allâh. C’est cela la religion de l’unicité, la religion d’Ibrâhîm 

(Abraham) qu’Allâh a ordonné à tous Ses serviteurs, et dont Il n’accepte aucune autre à 

part elle ; elle est la vérité de l’islam :  ﴾Et quiconque désire une religion autre que 

l’islam, ne sera point agréé, et il sera, dans l’au-delà, parmi les perdants﴿Êl ‘Imrân (La 

Famille d’Imran), V. 85. C’est la religion d’Ibrâhîm, dont celui qui s’en abstient est donc 

un des plus sots ! » (5)

.

— Le cheikh Sâleh As-Souheymî -qu’Allâh le préserve — a dit : « Et le sens de la 

première condition, je veux dire, la sincérité, c’est que l’auteur d’une action ait recherché 

par celle-ci la Face d’Allâh -Exalté et Très Haut soit-Il —, loin de l’ostentation et de la 

célébrité, et ne voulant de personne ni rétribution ni remerciement (…) donc, la sincérité 

ne peut être réalisée avec l’Association ou l’ostentation ou si l’homme désirera par son 

acte le bas monde… »  (6)

.

4. Voir pour ces deux citations At-Tibyên fî êdêb hemelet el Qour’ên : 

L’éclaircissement des règles d’éthique des mémorisants du Qour’ên, l’imam An-Nawawî, 

recension de Aboû ‘Abd Allâh Ahmed Aboû el ‘Eyneyn, éd, 1426, Mektebet ibn ‘Abbês, 

Egypte. 

5. Lire Ad-Dê’ wa-d Dawê’ : Le mal et le remède, d’ibn el Qayyim el Djewziyya, 

recension de ‘Ali Hassan el Halabî el Atharî, éd, 1427, Dâr ibn el Djewzî, Arabie Saoudite. 

6. Voir Modhakkirât fi-l’aqîda wa-l hadîth wa-l mostalah : Mémoires sur la croyance, 

le hadith et la terminologie du hadith, le chapitre réservé à la croyance, Ch. Souheymi, 

éd, 1424, Université de Médine, Arabie Saoudite. 

extrait du livre La sincérité : L’essence des œuvres pieuses

source : http://d1.islamhouse.com/data/fr/ih_articles/fr-islamhouse-SinceriteAbuFahima.pdf

Partager cet article
Repost0
29 décembre 2012 6 29 /12 /décembre /2012 16:38
Qu'est-ce que la sincérité (Al-Ikhlâs) ?



Shaykh Muhammad Ibn Sâlih Al-'Uthaymîn



Question : 

Que signifie al-ikhlâs (la sincérité) ? 
Et quel est le jugement sur une personne qui recherche – par son adoration – autre chose (que la sincérité envers Allah) ? 


Réponse : 

Al-Ikhlâs consiste à ce que le serviteur cherche par son adoration à se rapprocher d'Allah, et à être comblé de Ses bienfaits. 

Si le serviteur recherche autre chose par son adoration, alors il faut distinguer les cas suivants : 


Premier cas : Chercher par ce moyen à se rapprocher d'un autre qu'Allah et à s'attirer des éloges des hommes pour ces actes. Ceci annule l'acte et fait partie du polythéisme. Abû Hurayrah, rapporte que le Prophète (salallahu' alayhi wasalam) a dit : 

« Allah dit : “Je me passe largement d'être associé à quelqu'un. Quiconque accomplit un acte dans lequel il M'associe quelqu'un, Je le délaisse, lui et son polythéisme”. 

Deuxième cas : Chercher par se moyen à atteindre quelque avantage de ce bas monde comme le pouvoir, la renommée, les richesses, sans chercher à se rapprocher d'Allah par cette adoration. Cet acte n'est pas valide, et ne le rapprochera pas d'Allah : 

« Ceux qui veulent la vie présente avec sa parure, Nous les rétribuerons exactement selon leurs actions sur terre, sans que rien leur en soit diminué. Ceux-là sont ceux qui n'auront pas d'autre récompense, dans l'au-delà, que le Feu. Ce qu'ils auront fait ici-bas sera annulé, et leurs œuvres seront vaines. » 
(Hud 15-16) 

La différence entre le premier et le second cas est que dans le premier, il souhaite être loué pour son adoration d'Allah. 

Quant au deuxième cas, il ne souhaite pas être loué pour les actes d'adoration, et cela lui importe peu. 

Troisième cas : Chercher par ce moyen à se rapprocher d'Allah, et aussi les avantages matériels qui peuvent en découler, comme le fait de chercher – en plus de l'intention d'adorer Allah – à faire de l'exercice physique lorsque l'on accomplit ses ablutions ou à se nettoyer des saletés ; ou profiter du pèlerinage pour visiter les lieux lors du pèlerinage et voir les pèlerins. Tout cela diminue de la valeur de la sincérité. Si l'intention principale est l'adoration, cette personne ne pourra aspirer à la récompense totale, mais cela n'est pas un péché ou une désobéissance car Allah dit au sujet des pèlerins : 

« Il n'y pas de mal à ce que vous recherchiez les bienfaits de votre Seigneur.» (Al-Baqarah, 198).
Mais si l'intention principale n'est pas l'adoration, alors cette personne n'aura pas de récompense dans l'au-delà. Sa seule récompense sera ce qu'elle aura retiré de ce bas monde... et je crains que ce ne soit un péché, car elle aura utilisé l'adoration – qui est le plus noble des objectifs – comme moyen pour atteindre un bienfait futile de ce bas monde. Elle est donc comparable à ceux au sujet desquels Allah dit : 

« Certains parmi eux te critiquent au sujet des aumônes : si on leur en donne, ils sont satisfaits ; mais si on ne leur en donne pas, ils sont mécontents. » (At-Tawbah, 58). 

Abû Hurayrah rapporte : 

« Un homme dit : « Ô Prophète d'Allah ! Qu'en est-il d'une personne qui à l'intention de participer au Jihâd dans le but d'acquérir quelque bien matériel ? » 

Le Prophète (salallahu' alayhi wasalam) dit : 

« Il n'aura pas de récompense. » (Abû Dâwûd) 

Et dans les deux Sahîh d'après 'Umar ibn ul-Khattâb, le Prophète, a dit : 

« Celui dont l'émigration (Hijrah) a pour but un bien matériel ou le mariage avec une femme, son émigration lui sera comptée comme telle. » 
(Al-Bukhârî et Muslim) 

Si les deux intentions sont à un même niveau, sans que l'une ou l'autre des intentions ne l'emporte sur l'autre, alors cela est discutable... bien que le plus correct des avis est qu'il n'y a pas de récompense, comme dans le cas où une personne accomplit un acte pour Allah et pour quelqu'un d'autre. 

La différence entre le troisième cas et le second, c'est que le but matériel, du cas précédent, se produit ici comme une conséquence de l'acte d'adoration, ce que cet acte induit comme bénéfice matériel terrestre. 

Si quelqu'un demande : 

quel est le critère permettant de savoir si l'intention majoritaire est l'adoration ou autre chose ? 

Nous répondons que le critère est que si la personne n'accorde aucune importance à tout ce qui se produit en dehors de l'adoration, et ne se soucie pas de savoir si cela s'est produit ou non, c'est une preuve que l'intention majoritaire est l'adoration, et inversement. 

Quoi qu'il en soit, l'intention – qui est la parole du cœur (Qawl ul-Qalb) – est d'une importance extrême et joue un rôle majeur, car elle peut élever une personne au niveau des gens sincères comme elle peut la rabaisser au plus bas. Certains Pieux Prédécesseurs (Salaf) disaient : 

« Le plus dur des combats que j'ai mené contre mon âme est lorsque j'ai voulu l'obliger à être sincère. » 

Nous demandons à Allah qu'Il nous accorde la sincérité dans l'intention, et la droiture dans les actions.
Source : Majmû' Fatâwâ wa Rasâ'il Shaykh Ibn 'Uthaymîn, (1/98-100).
Partager cet article
Repost0
29 décembre 2012 6 29 /12 /décembre /2012 15:13
Extrait du Kitab al Adhkar de l'imam an Nawawi



 




Dieu — exalté soit-Il — a dit : 
On leur avait seulement ordonné d'adorer Dieu en vrais croyants qui Lui rendent un culte pur. (Cor. 98, 5). 


Il a dit également : 
Ni leur chair, ni leur sang ne vous vaudront (la Faveur) de Dieu (litt : n'atteindront Dieu) ; mais votre crainte révérentielle vous vaudra Sa Faveur. (Cor. 22, 37). 


Ibn 'Abbâs — que Dieu soit satisfait de lui — explique ainsi ce dernier verset : mais ce sont vos intentions qui vous vaudront Ses Faveurs (litt : qui L'atteindront).

Notre maître, l'imâm, le traditionniste abû al-Baqâ' Khâlid b. Yûssuf nous a rapporté un hadîth dont la chaîne de transmetteurs remonte jusqu'à 'Umar b. al-Khattâb — que Dieu soit satisfait de lui — et dont voici la teneur : 

«L'Envoyé de Dieu — sur lui la grâce et la paix — (nous) a dit : Ce sont les intentions qui valorisent les actes, et chaque individu n'obtient que ce qui est conforme à son intention. Ainsi, celui qui a émigré pour (plaire à) Dieu et (à) Son Envoyé se verra compter son Hégire comme telle. Quant à celui qui a émigré pour acquérir un bien de ce monde ou pour prendre femme, son émigration n'aura d'autre valeur que celle du but qu'il se proposait.»

L'authenticité et l'importance capitale de ce hadîth sont unanimement reconnues. Il s'agit en effet d'un des hadîths fondamentaux de l'Islam que les anciens (al-salaf) et leurs successeurs (al-khalaf) — que Dieu leur fasse miséricorde — aimaient à mettre en exergue de leurs textes, afin d'avertir le lecteur de l'importance de l'intention et l'inviter à être vigilant à cet égard.

De même, les anciens maîtres et leurs successeurs faisaient précéder leurs ouvrages de ce hadîth, pour attirer l'attention de leurs lecteurs sur l'importance de la pureté d'intention et pour les inviter à méditer sur ce sujet.

On a rapporté également ces propos d'ibn 'Abbâs — que Dieu soit satisfait du père et du fils — : 

«Tout homme est préservé en fonction de la pureté de son intention.» 

D'autres ont pu dire : 

«Les gens reçoivent (les faveurs de Dieu) en fonction de la pureté de leur intention.»

Nous rapportons ces propos de l'illustre maître abû 'Alî al-Fudayl b. 'Iyâdh — que Dieu soit satisfait de lui — : 

«Abandonner les oeuvres par crainte (du regard) des gens relève de l'ostentation, et agir en fonction des gens tient déjà du polythéisme. Aussi ta sincérité ne devient effective, que lorsque Dieu te délivre de ces deux infamies.» 


L'imâm al-Hârith al-Muhâsibî — que Dieu lui fasse miséricorde — avait coutume de dire :

«L'homme sincère est celui qui, pour préserver son coeur, ne se soucie guère de perdre l'estime des créatures, ni n'aime que les gens aient connaissance de la moindre de ses bonnes actions et qui ne déteste pas de les voir connaître les mauvaises.» 


De son côté Hudayfa al-Mar'ashi — que Dieu lui fasse miséricorde — disait : 

«La pureté de l'intention consiste en ce que les actes du serviteur soient les mêmes en public qu'en privé.»


Nous rapportons ces propos de l'imâm, du maître, abû al-Qâssim al Qushayri — que Dieu lui fasse miséricorde — : 

«La fidélité consiste à n'obéir exclusivement qu'à Dieu — qu'Il soit glorifié et exalté — c'est-à-dire que par son obéissance le serviteur cherche uniquement à se rapprocher de Dieu —exalté soit-Il — à l'exclusion de toute autre chose, comme le fait de simuler la piété (en vue de) plaire à une créature, ou pour s'acquérir l'estime des gens, ou pour rechercher leurs éloges, ou quelque autre chose qui n'ait pas pour but la volonté de se rapprocher de Dieu.»

Pour sa part, l'illustre maître abû Muhammad Sahl b. 'abd-Allah al-Tustari — que Dieu soit satisfait de lui — a dit : 

«Les gens doués d'intelligence qui ont tenté de définir le désintéressement, n'ont trouvé que cette formule : Que l'action et la pensée du serviteur soient consacrées intérieurement et extérieurement à Dieu — exalté soit-Il — sans laisser la moindre part aux penchants ou aux désirs de l'âme, ni aux séductions mondaines.»

Nous rapportons également ces propos du Maître abû 'Ali al-Daqqâq — que Dieu soit satisfait de lui — : 

«La pureté de l'intention consiste à se garder de prendre les créatures en compte (litt : observer). La sincérité consiste à se purifier en n'obéissant pas à l'âme charnelle. Ainsi, l'homme désintéressé ne connaît pas l'ostentation et l'homme sincère ignore la vanité.»

On rapporte également ces propos de Dhû al-Nûn al-Misrî — que Dieu lui fasse miséricorde — : 

«Il est trois choses qui témoignent de la pureté de l'intention : l'indifférence à l'éloge ou au blâme des gens du commun ; l'oubli de se voir en train d'accomplir une oeuvre pie, au moment même où on l'accomplit et le souci de se voir rétribuer de ses oeuvres dans l'autre monde.» 

De même, nous rapportons ces propos d'al-Qushayri — que Dieu lui fasse miséricorde — : 

«Le minimum de la sincérité c'est de rendre l'intérieur identique à l'extérieur.»

De son côté  i disait : 

«Le parfum de la sincérité ne saurait être respiré par un serviteur qui se montre complaisant avec lui-même ou avec autrui.»

Les propos des maîtres sur ce sujet sont innombrables, mais ce que j'en ai mentionné devrait suffire à qui bénéficie de l'Assistance divine.
Partager cet article
Repost0
28 septembre 2012 5 28 /09 /septembre /2012 00:19

 

وقال سفيان الثوري -رحمه الله-

إياك وما يفسد عليك عملك فإنما يفسد عليك عملك الرياء، فإن لم يكن رياء فإعجابك بنفسك حتى يخيل إليك أنك أفضل من أخ لك، وعسى أن لا تصيب من العمل مثل الذي يصيب ولعله أن يكون هو أورع منك عما حرم الله وأزكى منك عملا، فإن لم تكن معجبا بنفسك فإياك أن تحب محمدة الناس ومحمدتهم أن تحب أن يكرموك بعملك ويروا لك به شرفا ومنزلة في صدورهم أو حاجة تطلبها إليهم في أمور كثيرة، فإنما تريد بعملك زعمت وجه الدار الآخرة لا تريد به غيره

فكفى بكثرة ذكر الموت مزهدا في الدنيا ومرغبا في الآخرة وكفى بطول الأمل قلة خوف وجرأة على المعاصي، وكفى بالحسرة والندامة يوم القيامة لمن كان يعلم ولا يعمل

حلية الأولياء 6/391

 

 

Soufyan Ath Thawry رحمه الله a dit :

 

"Méfies-toi de ce qui corrompt tes actes, car ce qui corrompt tes actes est Alriyaa الرياء (l'hypocrisie, piété ostentatoire).

 

Et si ce n'est pas Riyaa, alors cela peut-être le fait que tu sois ébahi par toi-même jusqu'à ce que cela te fasse penser que tu es plus vertueux que ton frère.

 

C'est peut-être que tu n'as pas accompli les actions semblables qu'il a accompli et cela peut être qu'il a plus de peur envers ce qu'Allah a interdit et plus d'actions pieuses que toi.

 

Et si ce n'est pas du "narcissisme", alors méfies-toi d'aimer la louange des gens.

 

Aimer leur louange, afin qu'ils puissent t'honorer en raison de tes actions et te voir comme quelqu'un de noble et d'un haut statut dans leurs cœurs, ou en raison d'un besoin que tu recherches auprès d'eux dans de nombreuses affaires, parce que tu dois désirer la maison de l'au-delà par tes actions et pas par autre que cela.

 

Et beaucoup se rappeler la mort est suffisant comme moyen d'avoir moins d'intérêt pour les choses de la vie mondaine et un moyen pour avoir un désir fervent envers l'au-delà.

 

Un espoir prolongé (de cette dounya) est suffisant pour avoir peu peur et de commettre des actes de désobéissance, de détresse et le regret ​​le Jour du Jugement est suffisant pour celui qui sait mais n'agit pas."

@Minhaj-sunna
Partager cet article
Repost0
20 avril 2012 5 20 /04 /avril /2012 11:31

 

 

 

 

 

 Ecoutez le Cheikh

 

 

 

Question :

 

 

 

Qu’Allah vous bénisse. Quel est le remède contre l’ostentation ?

 

 

 

Réponse :

 

 

 

Le remède contre l’ostentation se trouve en ayant peur d’Allah, en revenant à Lui et en s’humiliant devant Lui, en se rappelant du paradis et de l’enfer, en lisant le Coran et les livres spirituels qui sont en conformité avec la législation et la Sunna, en fréquentant les pieux et en invoquant Allah.

 

 

 

Mais certaines personnes tombent dans un mal prétextant vouloir se préserver de l’ostentation. Il est possible qu’ils délaissent certaines œuvres par peur de l’ostentation. Et certains savants ont dit que délaisser les œuvres par peur de l’ostentation est de l’ostentation.

 

 

 

Il n’est pas permis de délaisser une œuvre par peur de l’ostentation.

 

 

 

Nous devons donc prendre garde à l’ostentation et faire des efforts pour s’humilier devant Allah pour qu’Il nous préserve de ce mal, car c’est une chose cachée dont Seul Allah a connaissance.

 

 

 

Fin de la réponse de Cheikh Salih Souhaymi

 

 

 

Traduit et publié par daralhadith-sh.com

 

Partager cet article
Repost0
3 mars 2012 6 03 /03 /mars /2012 12:29

 

 

 

On demanda à Hamdûn Al-Qasâr : « Pourquoi les propos des pieux prédécesseurs sont-ils plus profitables que les nôtres ? » Il répondit : « Car ils ont parlé pour la gloire de l’islam et l’agrément du Miséricordieux, alors que nous parlons pour la gloire des âmes, la recherche de ce bas-monde, et l’agrément des créatures. »

 

 

 

Abû Al-‘Âliyah a dit : « Les Compagnons de Muhammad (salallahu ‘alayhi wasalam) m’ont dit : n’œuvre pas pour autre qu’Allah, sinon Il te confiera à celui pour qui tu as œuvré. »

 

 

 

Badîl Al-‘Uqaylî a dit : « Celui qui vise Allah à travers son acte, Allah tournera Son Visage et le cœur des serviteurs vers lui ; alors que celui qui œuvre pour autre qu’Allah, Il détournera de lui Son Visage et le cœur des serviteurs. »

 

 

 

Muhammad Ibn Al-Qâsim a dit : « J’ai côtoyé Muhammad Ibn Aslam plus de vingt ans, et je ne l’ai jamais vu accomplir deux unités de prière surérogatoires, autres que celles du vendredi. Je l’ai entendu une fois jurer : « Si je pouvais accomplir une prière surérogatoire en un lieu où même mes deux anges ne me verraient pas, je le ferais, de peur de tomber dans l’ostentation. »

 

Il entrait dans un de ses appartements et fermait la porte, si bien que je ne savais pas ce qu’il y faisait, jusqu’à ce que j’entende un de ses jeunes enfants parler de ses pleurs.

 

Lorsqu’il voulait sortir, il lavait son visage, s’appliquait du khôl, et ainsi on ne voyait pas les traces des pleurs.

 

Il envoyait également des vêtements à des gens, et disait au porteur : Fais en sorte que personne ne sache qui les a envoyés. »

 

 

 

Al-Hasan a dit : « J’ai connu des gens qui ne pouvaient accomplir une œuvre et l’afficher, car ils savaient que l’œuvre la plus préservée de Satan est celle accomplie en secret. L’un d’eux pouvait avoir des invités, et accomplir la prière derrière eux, sans que ceux-ci ne s’en aperçoivent »

 

 

 

On rapporte que lorsque quelqu’un entrait chez Ar-Rabî’ Ibn Khuthaym et que le Coran était dans ses mains, il le cachait.

 

 

 

‘Abd As-Samad Ibn Macqal rapporte : « On demanda à Wahb Ibn Munabbih : « Ô Abû cAbd Allah ! Deux hommes accomplissent la prière, l’un prolonge plus la station debout et le silence, et l’autre prolonge plus la prosternation, lequel est le meilleur ? » Il répondit : Celui qui est le plus sincère envers Allah. »

 

 

 

‘Abd Allah Ibn Abî Al-Hudhayl a dit : « Arriva l’heure de la prière et on demanda à un shaykh de s’avancer pour la diriger. Il refusa et on lui demanda : « Qu’est-ce qui t’a empêché de t’avancer ? » Il répondit : J’ai craint que quelqu’un passe et ne dise : ils lui ont demandé de diriger la prière car il est le meilleur d’entre eux. »

 

 

 

‘Imrân Ibn Khâlid rapporte : « J’ai entendu Muhammad Ibn Wâsi’ dire : l’homme [i.e lui-même] pleure depuis vingt ans, alors que sa femme est à ses côtés et ne le sait pas. »

 

 

 

Al-Kharîbî a dit : « Les pieux prédécesseurs recommandaient que l’homme ait une œuvre pieuse cachée, dont ni son épouse ni personne d’autre n’a connaissance. »

 

 

 

Ahmad Ibn Hanbal a dit : « Allah n’a élevé Ibn Al-Mubârak qu’en raison de la crainte d’Allah qu’il éprouvait. »

 

Ayyûb As-Sikhtiyânî priait la nuit et le cachait, et au matin il élevait la voix comme s’il venait de se lever.

 

 

 

‘Umar Ibn Thâbit rapporte : « Lorsque ‘Alî Ibn Al-Husayn décéda, on le lava et on vit sur son dos une trace noire. Des gens demandèrent : « Qu’est-ce cela ? » Et on leur répondit : Il portait des sacs de farine, de nuit, sur son dos, et les distribuait aux pauvres de Médine. »

 

 

 

Ja’far Ibn Zayd Al-‘Abdî rapporte : « Un homme passa devant un groupe de personnes qui firent ses éloges en les lui faisant entendre. Lorsqu’il les dépassa, il s’arrêta, tourna son visage vers le ciel et dit : Ô Allah, si eux ne me connaissent pas, Toi tu me connais. »

 

 

 

Ayyûb As-Sikhtiyânî était sensible et pleurait, mais il aimait cacher cela à ses compagnons, si bien qu’il tenait son nez comme s’il était enrhumé, et lorsqu’il craignait de fondre en larmes, il se levait.

 

Un homme accomplissait chaque année le pèlerinage à pied, et un soir, alors qu’il dormait sur son lit, sa mère lui demanda à boire. Il lui fut pénible de se lever pour apporter de l’eau à sa mère, et à ce moment il se souvint de ses pèlerinages accomplis à pied qui ne lui causaient aucune peine. Il fit son examen de conscience, et constata que cela ne lui était pas pénible en raison du fait que les gens le voyaient et le louangeaient. Il sut alors qu’il était dupé.

 

 

 

Bishr Ibn Al-Harith a dit : « Suffit comme flatterie de l’âme que tu la blâmes devant les gens, comme si tu cherchais à l’embellir en la blâmant, et c’est là une manière de l’enlaidir auprès d’Allah. »

 

 

 

Ar-Rabî’ Ibn Sabîh rapporte : « Un jour, Al-Hasan adressa une exhortation et un homme pleura et gémit. Al-Hasan lui dit alors : Par Allah ! Allah t’interrogera sur ce que tu as visé par cela. »

 

 

 

Muhammad Ibn Yûsuf Al-Firyâbî rapporte : « J’ai entendu At-Thawrî dire : « Il n’y a pas d’œuvre meilleure que l’étude du hadith, si l’intention est saine en cela. » Ahmad dit : « J’ai demandé à Al-Firyâbî ce qu’était l’intention, et il répondit : Que tu vises par cela la Face d’Allah, et la Demeure de l’au-delà. »

 

 

 

Al-Fudayl Ibn ‘Iyâd a dit : « Si on te dit : « Faux-dévot ! » tu te mets en colère et cela t’est pénible, alors qu’il est possible que cela soit vrai. Tu t’es paré pour ce bas-monde, tu feins, tu raccourcis ton vêtement, et tu embellis ton apparence afin que les gens disent que tu es un adorateur, qu’ils t’honorent, te regardent, viennent à toi et te fassent des cadeaux. »

 

 

 

Abû Hâzim a dit : « Dissimule tes bonnes actions plus encore que tu ne dissimules tes péchés. »

 

 

 

 

Source : Ainsi étaient nos pieux prédécesseurs

 

Traduit et publié par les salafis de l’Est

 

Partager cet article
Repost0

                        bm-copie-1.jpg

◐ Rechercher ◑

Au nom d'Allah , le Clément et le Miséricordieux
Louange à Allah , Dieu de l'univers et de tous les hommes
 Vous êtes sur Hadaf al Akhira™  

 " La Salafiyyah n'est pas des Personnes mais plûtot une Croyance et une Voie" 
 Sheikh 'Ubayd al Jabiri